×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Reportage: Une Costa Del Sol à quelques kilomètres de Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:948 Le 01/02/2001 | Partager

. Grâce à des opérateurs privés, notamment espagnols, El Jadida compte développer son infrastructure touristique. Et bientôt la ville aura son propre casino, son McDonald et son complexe DawlizConcernant le volet touristique, la ville d'El Jadida aurait pu jouer un rôle non négligeable. Les attraits ne manquent pas. Une côte atlantique qui séduit chaque année des milliers de personnes, une cité portugaise datant de cinq siècles, un golf considéré parmi les meilleurs du Maroc, sans compter les nombreux projets touristiques en cours. Toutefois, les Jdidis ne considèrent pas leur ville comme «touristique». Certes, le tourisme national est relativement florissant en période estivale, mais cela ne suffit pas. «L'infrastructure d'accueil est quasiment inexistante», souligne un agent touristique. Pour faire face à ce handicap, plusieurs projets sont déjà lancés ou en cours de réalisation. C'est le cas de celui de la corniche. L'étude réalisée à cet effet prévoit la réalisation, tout au long de la baie d'El Jadida, d'un casino, un centre commercial, un amphithéâtre en plein air, un cinéma, des cafés et restaurants, sans compter les espaces verts, les parkings et les chemins piétonniers. Lyautey avait surnommé El Jadida: «le Deauville marocain» 80 ans plus tard, c'est toujours vrai et toujours à l'état de projet. Pourtant, bien que ce soit encore un projet, cette corniche sera en réalité digne des plus belles stations balnéaires de la Costa Del Sol. D'ailleurs, c'est sur des investisseurs espagnols que compte le président du Conseil communal, M. Fayçal Kadiri, pour la concrétisation de son projet. Il y a environ deux mois, une délégation municipale conduite par ce dernier a effectué une visite à Marbella, dans le fief du célèbrissime et sulfureux Jesus Gil, maire de la ville et patron de l'équipe de l'Atletico de Madrid. Celui-ci enverra dans les prochains jours une délégation d'hommes d'affaires pour s'enquérir de la situation économique et des possibilités d'investissement à El Jadida. «Nous envisageons de financer le projet de la Corniche par des opérateurs privés, la présence des hommes d'affaires espagnols sera une occasion de le leur soumettre», précise M. Kadiri.D'autres investissements touristiques sont également prévus. La chaîne hôtelière Ibis a déposé un dossier à la municipalité pour la réalisation d'un complexe touristique qui prévoit la construction d'un hôtel, un McDonald et un complexe Dawliz. En outre, le plus ancien hôtel de la ville, l'Hôtel Marhaba, repris par le Ministère des Finances après la faillite de son propriétaire, vient d'être cédé à un homme d'affaires originaire d'El Jadida qui envisage de rétablir son image de marque.


Les atouts de Mazagan!

El Jadida est une ville côtière qui fait partie, avec la Province de Safi, de la région économique des Doukkala-Abda où elle constitue un pôle industriel et touristique conséquent. De plus, tout en restant tributaires des aléas climatiques, les plaines fertiles de la Province d'El Jadida lui confèrent aussi une vocation agricole. Quatre grands types de cultures dominent: les céréales, les légumineuses, les cultures industrielles (betterave à sucre…) et l'horticulture. La province occupe également un rôle non négligeable dans le domaine de la pêche.Ancien fort portugais, El Jadida (ex-Mazagan) possède toujours un ancien quartier appelé «Quartier portugais», où la communauté juive, fuyant l'Inquisition européenne, s'était installée. C'est l'un des plus beaux sites touristiques de la ville. On peut notamment y visiter la Citerne portugaise, une immense salle de 37 m2.La ville d'El Jadida possède également le plus important théâtre du Royaume après celui de Mohammed V à Rabat. Malheureusement, ce théâtre municipal, qui a coûté aux contribuables d'El Jadida pas moins de 8 millions de DH, ne joue aucun rôle culturel. Sa gestion est trop archaïque. Le Conseil municipal compte créer un comité de direction du théâtre dans lequel siégeront tous les délégués ministériels éventuellement concernés (Culture, Enseignement, Jeunesse et Sport et Santé) ainsi que les associations locales (Alliance franco-marocaine, Association Doukkala…).A. E. H

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc