×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Géopolitique : L'Europe nouvelle: Image unifiée, réalité fragmentée

Par L'Economiste | Edition N°:64 Le 28/01/1993 | Partager

L'Europe n'est pas cet espace uni et cohérent qui se construit à nos portes. C'est au contraire un espace hétéroclite, parfois conflictuel et qui peut devenir explosif comme en Yougoslavie. C'est l'analyse qui se développe autour " désintégration de l'ancien bloc de l'Est.

L'Europe est composée aujourd'hui, non pas d'une série d'espaces, mais d'une série de temps. Tout le monde ne vit pas à la même heure historique. C'est l'idée force qui ressort de la conférence de Michel Foucher à Casablanca le 22 Janvier autour du thème: "la nouvelle géopolitique européenne ou les temps heurtés de l'Europe". L'assistance est restée sur sa faim concernant la place accordée aux Etats de la rive sud de la Méditerranée dans cette nouvelle Géopolitique européenne. La conférence était réservée plutôt aux "urgences" qui se posent au niveau européen.

Un tête-à-tête obsessionnel

Pourtant, expliquera le conférencier, du point de vue de l'équilibre géopolitique européen. "on ne peut pas continuer de développer une politique à l 'Est en oubliant les nations euro-méditerranéennes ou inter-rives".

"Une multilatéralisation des relations en Méditerranée est plus intéressante", pense M. Foucher. Il y a actuellement un risque de division du travail. "L'Est c 'est l'Allemagne, et le Maghreb c 'est la France. Or, ce tête-à-tête permanent et obsessionnel" n'est pas intéressant pour le Maroc. Par contre, le renforcement de l'économie espagnole et italienne aura un effet d'entraînement pour la Tunisie et le Maroc. Il serait plus facile alors de construire une relation durable entre les deux rives de la Méditerranée si l'UMA se renforce. En effet, les projets multilatéraux sont prioritaires dans le financement par la communauté.

Le Tiers-Monde a existé à la fois comme héritage post-colonial et comme champ de rivalité Est-Ouest. Dès lors que cette rivalité n'existe plus, "il faut reconsidérer la réalité de cet ensemble".

Le continent européen est l'un des premiers pôles économiques du monde, au capital de 750 millions d'hommes et de femmes. La communauté européenne est "clairement le pivot du continent".

Or, pour M. Foucher, on ne peut plus raisonner à l'échelle des 12 et de quelques Etats voisins prospères comme la Suisse, l'Autriche ou la Scandinavie.

Depuis 1989, on prend en compte une dimension continentale et on raisonne sur un espace plus vaste, "qu'on découvre peuplé": l'Est européen. L'unification allemande a montré que des frontières n'étaient plus tangibles et a ouvert la voie à " une lame de fond où s'affirment des Nations, même petites ou peu viables ". Cette désintégration se produit dans des espaces où la fin de la guerre froide a laissé percé les insatisfactions héritées de 1945 (Etats baltes, Moldavie) ou de 1919 (espace yougoslave; Albanie et Kossovo, Slovaquie contre pays Tchèque, relation Hongrie Roumanie et Roumanie-Russie Ukraine).

3 lectures

Ces nouveaux Etats sont souvent en "guerre économique" et les ruptures de solidarité anciennes souvent mal vécues visent à freiner les réformes (Slovaquie, Serbie) ou à les accélérer (pays Tchèque, Russie).

Il y a trois lectures possibles de la nouvelle réalité géopolitique européenne, estime le géographe. Une lecture positive et institutionnelle, une lecture réaliste et une troisième 1ecture historique. Le mot Europe tel qu'il a été employé est un terme polysémique, c'est-à-dire qu'il colporte plusieurs sens, plusieurs extensions territoriales. C'est d'abord un ensemble territorial composé de plus de 40 Etats anciens ou récents et d'une cinquantaine de Nations ou d'entités ethno-linguistiques. C'est aussi un espace discontinue traversé de clivages et de tensions. Le mot Européen n'est pas officiellement défini, mais il constitue un critère d'admission à l'Union européenne. Le Traité de Rome (1957), dans son article 237 et le Traité de Maastricht (1992) définissent le terme européen en fonction de l'insertion dans la Communauté des 12: "tout Etat européen peut devenir membre". Le terme Europe, selon le Conseil européen de Lisbonne (Juin 1992) combine des éléments géographiques, historiques et culturels . La commission de Bruxelles pour le Conseil européen de Lisbonne pense que les frontières de l'Union européenne se construiront "au fil du temps".

Périphérie appauvrie

L'Europe c'est par conséquent la rencontre permanente d'un espace et d'un projet. Il convient désormais de considérer le continent dans son entier, en dehors du seul souci de stratégie militaire. Le mot continent évoque la continuité. Or, le rideau de fer une fois levé, trois grandes différences sont révélées.

L'économie d'abord. A l'Ouest une Europe, prospère et efficace, forme une véritable " Oasis ". Alors que l'Est se découvre comme une périphérie appauvrie. Les clivages politiques ensuite. La Démocratie est bien souvent une idée neuve en Europe Centrale et Orientale, comme dans tous les Etats émergents. Seuls 26 Etats peuvent siéger au Conseil de l'Europe "gardien du temple du Droit".

Au registre enfin des sociétés et des cultures, la diversité des langues et des modes d'expression, des mythes, des symboles, des expériences nationales et des rapports de bon voisinage.

Une ancienne coupure religieuse et idéologique pourrait être réactivée distinguant une Europe aux sociétés marquée du sceau de la chrétienté latine, d'une Europe héritière de Byzance. Deux rythmes historiques différents, deux rapports particuliers à la modernité. "Insérer le versant oriental de l'Europe dans un projet continental et confédéral", tel est l'un des défis culturels et politiques des prochaines décennies.

La menace soviétique ne pèse plus sur l'Ouest européen prospère. L'unification allemande constitue un processus fondamental, à la fois "Positif et redoutable". Positif, parce que cette unification s ' est passée pacifiquement. Par contre, l'insertion de cette population de 17 millions d'habitants dans un espace économique coûte 170 milliards de Marks par an. Les conséquences de cette mise à niveau se répercutent sur tous les partenaires européens, en particulier la France.

L'Europe explosive

Cette situation a contribué à la récession généralisée en Europe. En échange, c'est un marché considérable qui s'est ouvert. Les intérêts politiques et économiques de l'Allemagne sont à l'Ouest. "Il n 'y a donc pas de dérive de l'Allemagne vers l'Est, mais une dérive de l'Est vers l'Ouest".

On assiste alors à l'émergence de nouveaux Etats, parfois peu viables, qui veulent toutes disposer des attributs de la souveraineté nationale. Aujourd'hui, l'Europe se fragmente de plus en plus. Une cinquantaine d'Etats dont une vingtaine de nouveaux Etats. Les Fédération éclatent. "Divorce de velours", entre les républiques tchèque et slovaque. Guerre de sécession et guerre civile entre Serbes, Croates et Bosniaques. Guerre d'indépendance en Moldavie.

Depuis 1989, on a créé 14.000 km de frontières supplémentaires qui sont autant de fronts réels ou virtuels et de "frontières d'alarme".

L'Europe centrale et orientale se trouve confrontée aux problèmes des minorités et des migrations. L'Europe est alors entrée dans une phase de bouleversement Démographique considérable à un moment où elle a tendance (depuis 1974) à fermer ses frontières. Les vieux Etats-Nations sont en voie d'autonomisation. Ils se dotent de moyens de se "sanctuariser" (l'Irak, Pakistan, Inde, Chine). Cette attitude est considérée comme un défi.

Mohamadia HAJOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc