×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Gaza: Le Hamas prêt à conclure une trêve

    Par L'Economiste | Edition N°:2931 Le 30/12/2008 | Partager

    . 310 morts et 1.420 blessés enregistrés lundi. Olmert promet des «combats longs, douloureux et difficiles». La communauté internationale partagéeUne vraie tragédie. Plus de 310 morts et 1.420 blessés en moins de trois jours. C’est le bilan provisoire des raids israéliens sur la bande de Gaza. Les dépêches des agences de presse internationales rapportent que les victimes civiles sont au nombre de 57 dont 21 enfants. Toutefois, dans une telle guerre, il est difficile de démêler le civil du militaire parce que pour les Palestiniens de Gaza, il s’agit de la résistance de tout un peuple. En tout cas, l’offensive israélienne promet d’être encore plus violente. Israël est déterminé à en finir avec le Hamas. Dimanche, le Premier ministre Ehoud Olmert a prédit que les combats à Gaza seraient «longs, douloureux et difficiles», expliquant qu’ils seraient «susceptibles de durer plus longtemps que prévu». Plus virulent, le général Harel affirme au quotidien Yédiot Aharonot que «cette opération est différente des précédentes». «Après l’opération, il ne restera plus aucun bâtiment du Hamas debout à Gaza», promet-il. Et l’officier supérieur d’ajouter: «nous ne sommes qu’au début de la bataille. Le plus dur est encore devant nous et à cela il faut se préparer. Nous voulons changer les règles du jeu dans la bande de Gaza». C’est une nouvelle mission assignée à l’opération de l’armée israélienne. Alors qu’au début l’objectif était de «limiter» les tirs de roquettes palestiniennes contre le sud du territoire israélien. Devant l’avalanche des tirs de Tsahal, le Hamas s’est dit prêt à négocier une nouvelle trêve avec l’Etat hébreu. Le chef en exil du mouvement islamiste, Khaled Mechaal, l’a annoncé hier lundi. «Israël doit cesser ses attaques et lever son blocus de la bande de Gaza», renchérit le gouvernement sénégalais au nom de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI). «Le leader du Hamas est prêt à signer un tel accord dans un lieu choisi d’un commun accord par les deux parties», a indiqué le ministère sénégalais des Affaires étrangères à l’issue d’une conversation téléphonique entre Khaled Mechaal et le président Abdoulaye Wade, dont le pays exerce la présidence de l’OCI depuis mars. En exil en Syrie, Khaled Mechaal avait appelé samedi les Palestiniens à déclencher une troisième Intifada contre Israël et a évoqué une reprise des attentats suicide, dans un entretien à la chaîne satellitaire Al Jazeera. La réaction de la communauté internationale a pris deux sens différents entre opposition et soutien aux attaques israéliennes. Du côté de ceux qui condamnent, l’on trouve les pays arabes mais aussi l’Iran et l’Afrique du Sud. Cette dernière qualifie d’«agression brutale» les raids israéliens. Pour les réactions de soutien, l’on note la position allemande. En effet, le porte-parole du gouvernement allemand a indiqué, hier, que «la chancelière allemande Angela Merkel tient le mouvement palestinien Hamas pour seul responsable de l’escalade de la violence à Gaza». En Cisjordanie, le mouvement de Mahmoud Abass, le président palestinien, demande l’intervention de forces internationales. Ainsi, «le comité exécutif de l’OLP a appelé à l’envoi d’une force internationale dans la bande de Gaza pour protéger le peuple palestinien des crimes israéliens», affirme le secrétaire général de la présidence palestinienne, Tayeb Abdelrahim. En attendant, le sang continue de couler.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc