×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

France Expo 2004
Mécanisme de développement propre: Le Maroc concocte sa stratégie

Par L'Economiste | Edition N°:1722 Le 10/03/2004 | Partager

. Atténuer la pollution et développer le transfert de technologie. Le MDP est un moteur de promotion des investissements étrangers. Plan de communication à l'étudeLE Maroc a mis en place une stratégie de promotion des investissements à travers le mécanisme pour le développement propre (MDP)(1), avec l'appui des Nations unies. Cette démarche fait suite à la ratification du Protocole de Kyoto en 2002 pour participer à l'effort mondial d'atténuation des émissions en gaz à effet de serre.La stratégie adoptée pour la période 2003/2005 prévoit la mise en place de bases institutionnelles et structurelles pour rendre opérationnel ce mécanisme. Sur le terrain, il s'agit de sensibiliser et d'informer les opérateurs sur les opportunités du MDP et les procédures, de créer des partenariats stratégiques entre le secrétariat d'Etat chargé de l'environnement (SEE) et les opérateurs, d'élaborer et de promouvoir un portefeuille de projets. Le programme prévoit par ailleurs d'assister et d'accompagner 3 projets MDP pilotes jusqu'à leur certification. L'accent est mis sur l'importance des opportunités de transfert de technologies propres. Outre le renforcement de l'expertise nationale, le plan d'action prévoit de promouvoir le MDP Maroc et son potentiel de projets auprès des bailleurs de fonds potentiels notamment. Pour cette année, le MDP Maroc entend boucler l'étude relative au plan de communication en direction des décideurs, des opérateurs économiques, des ONG et des investisseurs étrangers. Il est également prévu de mener à terme l'étude sur les réformes institutionnelles, législatives et réglementaires. L'objectif affiché du SEE est d'apporter des réponses aux problèmes spécifiques du pays dans le domaine de l'environnement.Le principal intérêt du MDP est qu'il peut exercer un effet de levier sur les flux d'investissements privés pour qu'ils intègrent mieux les exigences du développement durable. Les crédits d'émission associés à ce mécanisme devraient agir comme une prime accordée aux investisseurs qui accepteraient de jouer le jeu et de reformuler leurs stratégies d'investissement dans un sens favorable à la prévention des changements climatiques. Le MDP a donc pour finalité d'intéresser le secteur privé à la prévention du risque climat.Ainsi, “la marchandisation” du crédit d'émission pousse l'entreprise à prendre en compte le facteur climat dans son processus de décision d'investissement. Le MDP est censé offrir un cadre incitatif à de nouveaux transferts de technologies “propres”. Ainsi, la valorisation des crédits carbone peut par exemple conférer un avantage économique à des technologies qui n'étaient pas suffisamment rentables jusque-là. C'est le cas par exemple des énergies renouvelables qui pourraient gagner en compétitivité et voir leur diffusion accélérée grâce à la mise en oeuvre du MDP. Au Maroc, le soutien du MDP contribuerait à résoudre au moins cinq types de problèmes. Tout d'abord, le développement des énergies renouvelables est de nature à réduire sa dépendance énergétique. Ensuite, ce mécanisme peut aider à étendre l'utilisation de systèmes à hauts rendements et à faible consommation d'énergie pour améliorer l'efficacité énergétique, notamment dans les secteurs résidentiels, industriels et tertiaires. Cela est possible grâce aux nouvelles technologies. En outre, le soutien du MDP peut aider à organiser le transport, à réduire sa consommation d'énergie et son effet polluant. Il peut aussi être affecté à la gestion des déchets, notamment des décharges “Il faut savoir que 6 millions de tonnes de déchets solides municipaux et plus de 975.000 tonnes de déchets industriels produits annuellement se retrouvent pour la plupart dans les décharges sauvages”, est-il indiqué auprès du SEE. Enfin, ce dispositif est aussi destiné au boisement et reboisement pour compenser la déforestation de certaines régions. Les pertes annuelles en sont estimées à plus de 30.000 hectares. Les programmes de reboisement lancés ces dernières années, souligne le SEE, arrivent à compenser à peine moins de 30% des dégâts.


L'Autorité nationale désignée MDP

Après avoir ratifié le Protocole de Kyoto, le Maroc a désigné par arrêté ministériel du 18 septembre 2002, l'Autorité nationale désignée MDP (AND MDP) au sein du secrétariat d'Etat chargé de l'Environnement . Cette structure est habilitée à établir des critères de développement durable et à se prononcer sur la conformité de tout projet proposé dans le cadre du MDP. L'autorité autorise également la vente ou l'exportation des unités de réduction certifiées des émissions.L'AND MDP est le représentant de l'Etat vis-à-vis des organismes et opérateurs nationaux intervenant ou ayant un lien avec le MDP et vis-à-vis des organismes internationaux chargés du MDP, en particulier le Conseil exécutif du mécanisme. Elle délivre l'approbation écrite qui confirme que le projet est volontaire, conforme aux critères nationaux et qu'il contribue au développement durable du pays.Cette autorité a deux types d'activité: elle fixe les règles et procédures d'évaluation et d'approbation des projets MDP et assure la promotion du portefeuille de ces projets.L'AND MDP Maroc se compose du Conseil national du MDP (CN MDP) et du secrétariat permanent du CN MDP (secrétariat d'Etat chargé del'Environnement). Son budget de fonctionnement est assuré en grande partie par le SEE. Le secrétariat permanent est appelé à développer ce budget par le biais d'aides et de dons aux niveaux bilatéral et multilatéral. Source: www.mdpmaroc.com


Principes de base

L'aspect le plus important du Protocole de Kyoto est l'engagement juridique de 39 pays développés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 5,2% en moyenne par rapport aux niveaux atteints en 1990. Ces réductions doivent être réalisées entre 2008 et 2012.Parmi les trois mécanismes de flexibilité prévus par le Protocole, le MDP est celui qui concerne spécifiquement les pays en voie de développement (PED). Il repose sur la notion de “crédits d'émission” ou crédit carbone : un crédit carbone représente un volume d'émission de gaz à effet de serre évité.Avec ce système, le crédit carbone est doté d'une valeur marchande et s'échange entre pays industrialisés. Un pays n'arrivant pas à atteindre son objectif peut acheter des crédits carbone à un autre qui aurait dépassé le sien. Ce système a été qualifié de “permis à polluer” car un pays riche a la possibilité “d'acheter” le droit de polluer à un autre ayant réellement réduit ses émissions. Le crédit carbone varie aujourd'hui entre 4 et 5 euros la tonne.Le MDP poursuit deux objectifs. Il favorise le développement soutenable des PED et permet aux pays industrialisés de gagner des crédits d'émissions via des investissements dans des projets dans les pays du Sud. Cependant, pour bénéficier d'un “bonus carbone”, le développeur du projet doit prouver que les réductions d'émissions apportées par le projet sont réelles, mesurables et additionnelles.M. K.(1) Le MDP fera l'objet d'une table ronde vendredi 12 mars.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc