×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

France Expo 2004
La nouvelle casquette du consulat de France à Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:1722 Le 10/03/2004 | Partager

En plus de sa mission protocolaire, Corinne Breuzé, consul général de France à Casablanca, se fixe un autre challenge: faciliter le flux d'échanges d'affaires entre la France et le Maroc et l'expatriation des cadres des groupes français dans sa circonscription. Un nouveau produit cible les hommes d'affaires, le visa de circulation dont le tarif est harmonisé à 35 euros, quelle que soit la durée. Officiellement, le rôle économique ne figure pas en première ligne dans le cahier des charges que lui assigne le Quai d'Orsay. Mais dans les faits, Corinne Breuzé, consul général de France à Casablanca, est toujours là quand une entreprise française conclut un partenariat avec une firme marocaine ou décroche une concession de service public dans une ville de sa circonscription. Au vu de l'actualité de ces dernières semaines, autant dire qu'elle n'a pas chômé.Représentant de la puissance publique française, le consul a multiplié des déplacements protocolaires à Casablanca et à El Jadida où les sociétés françaises ont remporté le marché du ramassage des ordures, un domaine où l'expertise de l'Hexagone est mondialement reconnue.L'autre rôle économique du consul est de faire en sorte que les firmes françaises puissent proposer à leurs cadres une expatriation dans des conditions favorables, explique Corinne Breuzé. A ce niveau, poursuit-elle, «nous nous appuyons sur la qualité de l'information qui doit être détaillée et utile». Grâce à un expert détaché de la tutelle, le consulat espère créer un «vrai maillage» sur son site Internet en cours de réfection. «L'idée est d'aller au-delà d'un présentoir de procédures administratives» et d'orienter le public.Il est apparu un manque d'informations dans bien de domaines comme le code du travail par exemple, constate Corinne Breuzé. «Beaucoup de Français ne savent pas toujours ce à quoi ils ont droit lorsqu'ils signent un contrat de travail». Il y a, par ailleurs, un effort à faire sur des questions pratiques comme les déclarations à la CNSS, la retraite complémentaire, la protection sociale, etc. Un cycle de conférences thématiques sera organisé en collaboration avec la Chambre française du commerce et d'industrie du Maroc (CFCIM).L'une des contributions que l'on peut apporter aux entreprises, c'est de faire en sorte que l'expatriation de leurs collaborateurs se passe dans de meilleures conditions, confie Corinne Breuzé. A l'image de grosses opérations réalisées ces dernières années au Maroc par des groupes français- Brasseries du Maroc, Vivendi, Suez, Altadis, Renault, etc.,- la population de cadres venant de l'Hexagone est en forte hausse dans la circonscription. Ils arrivent avec leurs familles. Ce qui témoigne de la confiance que leurs employeurs ont dans la capacité des autorités marocaines à assurer la sécurité, insiste le consul général. «L'implication de tous ces groupes dans l'économie marocaine est une preuve que la France a confiance dans le développement du Maroc».Le développement des relations économiques implique fluidité de voyages d'affaires et de mouvements entre le Maroc et la France. En première ligne, le service des visas. Le consulat général de France à Casablanca qui traite le plus grand nombre de visas Schengen au Maroc, a développé un produit adapté aux hommes d'affaires, cadres et autres professions libérales qui par leur fonction, voyagent plusieurs fois par an. Il s'agit du visa de circulation, un service qui cible aussi des gens qui ont des contacts étroits et fréquents avec la France: une attache familiale, un logement, présence d'enfants qui étudient en France, etc. Cette «clientèle» aime la sécurité d'esprit et pouvoir se déplacer rapidement sans devoir repasser par le consulat, constate le consul général. Notre credo est de dire aux gens que nous serons transparents avec eux s'ils le sont avec nous, fait remarquer Corinne Breuzé. En 2003, le consulat a délivré 16.000 visas de circulation, soit une progression de 33% par rapport à 2002.Autre bonne nouvelle, depuis octobre dernier, les tarifs des visas de circulation ont été harmonisés par décision des Etats Schengen. Le tarif du visa court séjour de circulation (3 mois, multiples entrées) est de 35 euros, quelle que soit sa durée de validité. «C'est bien la preuve que le visa n'est pas fait pour gagner de l'argent», précise le consul. Pour les hommes d'affaires et les chefs d'entreprise qui forment la clientèle traditionnelle de ce service, cette harmonisation est une vraie commodité. Et pour les services du consulat, un tarif unique est beaucoup plus simple à manipuler, renchérit Corinne Breuzé.«La majoriré des grandes entreprises français s'implantent à Casablanca et sa région. La métropole économique est le premier destinataire des flux d'investissements étrangers«Propos recueillis par Abashi SHAMAMBA

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc