×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fitur: Le Maroc affûte ses armes

Par L'Economiste | Edition N°:2953 Le 30/01/2009 | Partager

. Plan d’anticipation, campagne promotionnelle, nouveaux produits… la stratégie. Les CRT mieux représentés au Salon du tourisme de Madrid La 29e édition de la Feria Internacional de Turismo (FITUR) se poursuit à Madrid jusqu’à dimanche. Plus de 13.000 entreprises exposantes, en provenance de 170 pays, sont au rendez-vous. Plus de 200.000 visiteurs professionnels sont attendus. «La mobilisation des plus grands tour-opérateurs (TO) traduit les craintes des destinations mondiales, notamment par rapport aux effets négatifs de la crise internationale», indique Mly Ahmed Sentissi, vice-président du Conseil régional du tourisme (CRT-Fès). Et d’ajouter qu’au lieu d’économiser les budgets, les TO investissent davantage pour que les répercussions de la crise ne soient pas redoutables. En effet, les supports de communications et campagnes de promotion sont renforcés dans ce deuxième plus grand rendez-vous de l’industrie mondiale du tourisme après celui de Berlin. De fait, les exposants n’ont pas lésiné sur les moyens. Des stands très design ont été savamment installés représentant les spécificités de chaque destination. Outre la présentation du produit, parfois même l’essai pour le cas de la Thaïlande qui offre des massages, certains offrent plusieurs cadeaux. Lesquels peuvent aller d’un simple porte-clés ou un stylo à carrément un voyage virtuel dans les alpes. Lunettes de simulation et skateboard sont fournis aux visiteurs le temps d’une glisse au milieu d’un manteau blanc. Plus loin, des hôtesses colombiennes distribuent des bananes et des mangues aux passants. Le Kazakhstan, qui développe une petite économie autour du tourisme, est aussi présent cette année. La présentation du potentiel de ce pays se fait par de belles hôtesses. Ne refusant pas de poser pour des photos avec les TO, ces dernières sont rapidement devenues les vedettes du pavillon n°9. A quelques mètres, le stand de Cuba. Ici, un artisan fabrique des cigares en quelques minutes. Selon sa volonté, parfois il les offre, parfois il les vend à des prix très bas, mais rassure toutefois sur leur qualité. C’est justement ce raisonnement qui règne chez tous les exposants. «Pour passer le cap de la crise, il faut innover et présenter des produits de qualité à des prix concurrentiels», indique Mohamed Boussaïd, ministre du Tourisme, qui fait le tour du Salon avec Hamid Addou, directeur de l’ONMT. Selon le ministre, «les analystes estiment que la reprise de l’activité touristique ne pourra être ressentie que vers fin mars, l’Afrique du Nord a un atout majeur à exploiter qui est celui de la proximité de l’Europe». Conscients que le Vieux continent constitue un réservoir de 80% des voyageurs dans le monde, les pays de la rive sud de la Méditerranée veulent augmenter leurs parts de marché au détriment des destinations long courrier. Car l’on sait que pour ces derniers, un budget important est réservé au transport aérien. Ainsi, il semble que c’est dans cette logique que l’Egypte a mis le paquet. Le pays des pyramides a installé une affiche géante sur la façade de l’entrée principale du Fitur. Le visuel qui montre un couple amoureux observant le couché de soleil avec un thé à la main, n’est qu’un début. A l’intérieur du Salon, le stand égyptien est conçu sous une forme pyramidale. La séduction continue et un pharaon fait la visite guidée. Celui-ci présente l’histoire de son pays et donne quelques informations sur les villes les plus prisées de son pays.

Entouré des plus proches concurrents
A une dizaine de mètres, on retrouve le pavillon Maroc, entouré de ses plus proches concurrents en l’occurrence la Tunisie et la Turquie. L’on note également la présence de l’Algérie, la Syrie , la Jordanie , la Palestine et Israël. Pour ce dernier pays, on ne sait pas pourquoi son stand est toujours implanté au milieu des pays arabes. Autre remarque, c’est pratiquement le seul endroit de tout le Salon où il y a des vigiles qui quadrillent attentivement les allers-retours. Côté promotion, les émissaires d’Israël sillonnent tous les stands. De la comédie à la religion, en passant par l’innovation, l’histoire et l’art culinaire, les hôteliers israéliens essayent tous les moyens pour effacer l’image de guerre. Paisible et ensoleillé, le Maroc est situé, à Fitur, juste en face d’Israël. Il est représenté par tous les CRT des principales destinations (Agadir, Marrakech, Fès, Rabat, Casablanca…). Tout à fait normal, puisque avec plus de 300.000 clients, l’Espagne est le deuxième marché émetteur de la destination. «Nous avons le balnéaire, le culturel, la nature, mais aussi le tourisme de santé», indique Sentissi. Et d’ajouter qu’en plus des produits traditionnels, le Maroc communique sur l’ouverture de la nouvelle station de Saïdia, avant l’été prochain. Bref, l’offre du Royaume est complète. A ce titre, même le thermalisme est présent en force cette année. Le directeur de la Sothermy Moulay Yacoub, Faiçal Belhassani, qui a fait le déplacement en personne à Madrid, a déclaré à L’Economiste que les eaux de sa station sont uniques. «Nous n’avons pas de concurrent direct en Afrique. Sachant que nous développons une activité écotouristique et de spa, nous sommes surtout présents dans ce Salon pour attirer les touristes espagnols, mais aussi pour consolider nos acquis», explique Belhassani. Selon lui, les thermes de Moulay Yacoub ont atteint un record en 2008 avec plus de 60.000 visiteurs. Un résultat dont la réalisation est adossée à la campagne promotionnelle qui est menée à travers différents supports. «En période de récession, comme celle que l’on connaît actuellement, l’évolution rapide des tarifs de la concurrence représente un véritable défi pour les responsables de l’industrie hôtelière», renchérit Belhassani. Et de poursuivre que les tarifs de Moulay Yacoub sont jugés très raisonnables par la clientèle étrangère qui constitue plus de 20% des clients. Cherchant à équilibrer tarifs, taux d’occupation, et qualité de service, les hôteliers marocains partagent la même conviction. «Pour les aider à améliorer leurs perspectives commerciales sur 2009, nous avons lancé un plan d’anticipation, connu désormais sous l’appellation Cap 2009, qui prévoit 100 millions de DH», rappelle Wissal Gharbaoui, responsable au cabinet Boussaïd. Et d’ajouter que l’idée de créer ce fonds est née en octobre dernier. «Ce n’était pas donc un plan anti-crise mais c’est plutôt un plan d’anticipation». Lequel sera financé dans le cadre d’un partenariat public-privé. Cette initiative a été prise en vue d’atteindre l’objectif de 10 millions de touristes en 2010, de maintenir l’attractivité du secteur, de consolider les parts de marché au niveau des pays émetteurs et de préparer et anticiper la sortie de la crise internationale. Le Maroc pourrait même bénéficier de cette crise s’il peut attirer d’autres marchés et les fidéliser pour l’avenir. Il faudra par ailleurs prouver aux touristes que le produit se renouvelle. Le Fitur est une belle occasion pour le montrer. Ana Larrañaga, directrice du Fitur, a indiqué récemment que le nombre des participants à la manifestation devrait enregistrer cette année une hausse de 45%, estimant que la situation d’incertitude qui prévaut à l’échelle mondiale marquera le Salon. Il importe de signaler enfin que l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) organise en marge du Salon, une première conférence internationale sur le thème «La relance du tourisme mondial».DNES à Madrid, Youness SAAD ALAMI
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc