×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Affaires

Fiat Auto Maroc se restructure

Par L'Economiste | Edition N°:1689 Le 22/01/2004 | Partager

. Dès février, lancement de 10 nouvelles gammes importées . Objectif: Repositionnement d'image et rupture avec “l'économique” Fiat Auto Maroc revoit ses cartes. C'est vers un repositionnement total en termes d'image que tend la nouvelle politique de la firme. “La voiture économique, c'est fini”, répète haut et fort le management. D'ailleurs, la dernière Fiat dite économique a quitté les unités de montage le 31 décembre dernier. Ainsi, suite à l'arrêt de l'activité de montage, la filiale de Turin investit le créneau de l'import via de nouvelles gammes à “fort contenu technologique” en provenance du Brésil. Objectif, rompre avec l'ancienne perception tout en consolidant la clientèle de la marque italienne. En termes de bilan, le management affiche un satisfecit: “Plus de 86.000 voitures dites économiques ont été écoulées avec un fort taux de satisfaction”, s'enorgueillit Bruno de Mori, PDG de Fiat Auto Maroc. Il n'en demeure pas moins que les pertes du groupe sur le projet global de voiture économique sont évaluées à plus de 450 millions de DH et ce, depuis 1995. Quant aux composantes de la voiture économique, elles resteront encore commercialisées. “Plus de 25 millions de DH de pièces de rechange sont en stock”, rassure le PDG de Fiat au Maroc. Cette nouvelle phase constitue une étape cruciale pour la société. “C'est un changement de cap, un virage qui sert de transition entre la voiture économique et l'importation”, assure Patrice Bergonzi, directeur Commercial et Marketing. Pour le moment, la priorité est de liquider les derniers stocks des voitures montées localement en décembre dernier. La prochaine étape consiste en un programme ambitieux avec l'importation et le lancement de pas moins de 10 nouveaux modèles et versions Fiat en provenance du Brésil. Une nouvelle force de frappe!Ainsi, à partir de la seconde quinzaine de février 2004, le premier lancement sera effectué. Il s'agira des nouvelles Palio, Siena et Palio week-end restylées. Des déclinaisons avec une motorisation, une carrosserie et un contenu différents de ceux déjà sur le marché. “Au fur et à mesure, d'autres lancements devront suivre avec des motorisations plus performantes, moins polluantes et plus économiques”, promet Bergonzi. Le diesel, qui constitue 70% du parc automobile national, sera décliné en version turbo avec une puissance fiscale ne dépassant pas la barre fatidique des 7 chevaux. Un nouveau positionnement en termes de finition. “Ce sont des versions ELX avec la climatisation, l'ABS, peinture métallisée et jantes en alliage en option”, souligne Youssef Touhami, responsable Marketing. Côté prix, à équipement égal, la version restylée connaîtra une hausse d'environ 10% TTC. D'autres modèles viendront, telle la Panda, élue voiture de l'année 2004 en Europe. Par ailleurs, une version dite Young de la Palio sera commercialisée avec un prix d'attaque. Quant aux habitués de la Uno, ils ne seront pas déçus. Dès le mois de juillet, Fiat procédera au lancement d'une nouvelle Uno importée du Brésil. Une voiture qui sera différente de celle déjà existante et qui ciblera une clientèle flottante (loueurs de voitures, taxidrivers…). Entre-temps, la commercialisation de la Punto et de la Stilo restylées est également programmée. Autre événement important dans l'escarcelle de Fiat Auto Maroc, l'introduction de Lancia avec la marque Epsylon. A travers cette politique, la filiale de la firme de Turin compte détenir 15% de parts de marché contre les 30% réalisés sur la voiture dite économique. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc