×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
Affaires

Casablanca: Une simple opération chirurgicale tourne au drame

Par L'Economiste | Edition N°:1689 Le 22/01/2004 | Partager

. El Habib Hiwass décède quatre jours après une opération “réussie”. La famille crie à l'”erreur médicale” et porte l'affaire devant la justice «Mon mari était en très bonne santé. Il avait ressenti un malaise au cours du mois de Ramadan. Son médecin lui avait alors conseillé de faire une échographie qui a montré qu'il avait juste quelques calculs de la vésicule biliaire», affirme Mme Leila Hiwass. Elle était loin de se douter que, ce qui devait être une banale opération, allait transformer sa vie en deuil. El Habib Hiwass, la quarantaine, enseignant de mathématiques au Collège Al Hana et militant des droits de l'homme est, en effet, décédé lundi dernier dans une clinique à Casablanca. Le décès est intervenu quatre jours après l'opération.Aujourd'hui, la famille a refusé de réceptionner la dépouille et a porté l'affaire devant la justice. Le procureur a ordonné une autopsie pour déterminer la ou les causes du décès. “Pour moi, il n'y a aucun doute, il s'agit d'une erreur médicale”, affirme Leila Hiwass.Les amis, élèves et famille du défunt ont organisé, hier vers midi, un sit-in devant la clinique Ghandi où Hiwass avait subi l'opération. Des dizaines de personnes y ont participé. Les forces de l'ordre étaient également présentes. Le sit-in s'est déroulé dans la douleur. Les élèves de Hiwass étaient nombreux. Les membres de sa famille aussi, ainsi que ses collègues.“Le 16 janvier, El Habib est monté dans sa voiture vers 7 h du matin et s'est dirigé vers la clinique. Vers 8 h, il était dans le bloc opératoire. Le médecin m'a dit que l'opération s'était bien déroulée. A 10 h, j'ai pu voir mon mari, il se portait bien et m'a parlé”, raconte Mme Hiwass. A 14 h, elle est revenue à la clinique pour revoir son mari qu'elle avait trouvé “un peu fatigué et éprouvait un besoin de vomir”. “J'ai trouvé cela tout à fait normal, ne venait-il pas de subir une opération chirurgicale”, dit Leila Hiwass. Vers 18 h 25, Mme Hiwass a été “suppliée de venir à la clinique” par une infirmière qui l'avait appelée. “J'ai trouvé l'infirmière en question en train de pleurer et me dit je ne sais pas ce qui se passe pour votre mari et on doit lui faire un scanner parce que, apparemment, il a quelque chose au niveau de la tête”, raconte Leila Hiwass. On lui affirma alors qu'il fallait “emmener son mari vers une autre clinique spécialisée”.Vers 20 h, l'ambulance est arrivée à la Clinique Anoual où a été transféré El Habib Hiwass, là où il devait faire un scanner. On demanda alors à sa femme “l'autorisation de le réanimer”. “j'ai répondu qu'est-ce que vous attendez ? Pourquoi ne l'avez-vous pas encore fait ? Est-ce que vous avez besoin de mon consentement pour réanimer mon mari alors que sa vie est en danger ?”, raconte-t-elle les larmes aux yeux. Elle “doute d'ailleurs qu'on ait tenté de le réanimer, mais ils m'ont demandé de déposer un chèque de caution de 30.000 DH avant qu'ils ne tentent quoi que ce soit”. Le lundi suivant, soit trois jours après, on annonce à Mme Hiwass le décès de son mari.Pour Mohamed Benyoub, membre du comité administratif de l'AMDH, organisatrice du sit-in, “les pouvoirs publics doivent protéger la santé des citoyens et se pencher sur la situation de nombreuses cliniques”.Du côté des cliniques Ghandi et Anoual, les responsables se refusent à tout commentaire. Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc