×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Affaires

Fès: Le centre d'hémodialyse trouve preneur

Par L'Economiste | Edition N°:1689 Le 22/01/2004 | Partager

. C'est finalement le ministère de la Santé qui supportera les soins des 70 patients. Ces derniers étaient pris en charge par une ONG qui décide de se retirerLes patients du centre d'hémodialyse de l'hôpital El Ghassani à Fès peuvent souffler. Le centre a été pris en charge par le ministère de la Santé, qui a procédé à sa location à une société privée. Cette dernière a déjà installé le matériel nécessaire. Devant l'urgence de la situation, la société a équipé l'unité de 21 nouveaux générateurs (machines de dialyse) en remplacement des anciens. Les kits sont dorénavant fournis par l'entreprise. Côté gestion, c'est l'hôpital El Ghassani qui va l'assurer.Notons que ces nouvelles machines peuvent traiter jusqu'à 120 patients, mais le manque de personnel paramédical et de médecins ne peut pour l'instant le permettre. Un néphrologue et 14 infirmiers s'en sortent à peine avec les 70 patients déjà inscrits au centre. Une vingtaine de bénéficiaires ne peuvent effectuer toutes leurs séances de dialyse, faute de personnel suffisant (au lieu de 3 séances par semaine, elles se contentent de 2). “Malheureusement, très peu de néphrologues sont formés chaque année. Et la plupart préfèrent travailler dans le privé”, indique le professeur Mountassir Chefchaouni, directeur du CHU de Fès. Pour pallier ce manque de médecins, le ministère se propose de former des généralistes à la dialyse. Cette formation durera une année. Mais entre-temps, le centre tournera avec le même effectif. Pour essayer de réduire la liste d'attente aux soins de dialyse, il est question de créer une association propre au centre d'hémodialyse de Fès, qui engagera des actions de prévention contre la maladie. Elle s'occupera de la sensibilisation et prendra en charge, par l'achat de médicaments, les personnes présentant des symptômes (comme le diabète ou l'hypertension). Cette mesure permettra de soigner des malades à stade prématuré afin de leur éviter un éventuel besoin de dialyse. A noter qu'auparavant, les 70 malades étaient pris en charge gratuitement par l'Association de soutien aux hôpitaux (cf.www.leconomiste.com), à l'initiative du Haj Mohamed Sekkat. Cette association avait aussi construit et équipé l'unité en 1996. Ne pouvant plus supporter les frais, devenus trop lourds, l'association a décidé de retirer son soutien. Elle a donné comme date limite le 31 janvier pour que l'hôpital trouve une autre source de financement. Rappelons que l'association avait pris l'initiative de construire et d'équiper ce centre en 1996. Une dizaine d'appareils avaient été installés pour soigner au départ seulement une vingtaine de malades. Deux ans plus tard, un autre mécène double la capacité du centre, portant ainsi le nombre de ces appareils à 20. Au total, ce sont 3,7 millions de DH qui ont été injectés par les deux bienfaiteurs dans la construction et l'équipement de l'unité d'hémodialyse. A côté de cet investissement initial, l'association supportait seule les frais de fonctionnement annuels qui ont augmenté depuis l'extension du centre, s'élevant ainsi à 1,6 million de DH. L'hôpital, quant à lui, contribuait à hauteur de 324.000 DH, en prenant en charge les médicaments et l'approvisionnement en sang.Mouna KHAMLICHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc