×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Culture

Festival du film de Marrakech
Les premières indiscrétions

Par L'Economiste | Edition N°:2873 Le 03/10/2008 | Partager

. Le cinéma britannique à l’honneur. Une programmation pour les non et malvoyantsTrès attendue, la 8e édition du Festival international du film de Marrakech (FIFM) se tiendra cette année du 14 au 22 novembre. Finalement, les organisateurs de cet évènement cinématographique ont opté pour novembre évitant ainsi les chevauchements de son calendrier avec celui des autres festivals comme celui du Caire ou de Dubaï qui se tiennent en décembre. Ce qui rendait parfois la tâche difficile aux artistes et têtes d’affiche invités. L’Angleterre sera cette année à l’honneur. Un hommage sera rendu au cinéma britannique à travers une rétrospective d’une cinquantaine de films des années 1940 à nos jours. Et qui dit hommage au cinéma britannique dit hommage à ses artistes. Une forte délégation d’acteurs et de metteurs en scène sera invitée à cette 8e édition du FIFM. Pour rappel, l’an dernier, le festival avait mis en avant le cinéma égyptien à l’occasion de son centenaire.Une première cette année, la programmation d’une dizaine de films pour les non et malvoyants avec version audiovision. Ce procédé permet à cette catégorie de cinéphiles l’accès au cinéma. Il s’agit d’une technique qui mêle bande sonore et descriptions vocales sous un principe simple: une voix qui décrit aux spectateurs tout ce qu’ils ne peuvent pas voir comme les mouvements, les costumes, les décors… lors des moments sans dialogues. Grâce à un casque audio à infrarouge, les non et malvoyants peuvent suivre l’œuvre en toute autonomie, dans les salles de cinéma. C’est la chaîne de télévision franco-allemande ARTE qui fournira les films en version audiovision au FIFM 2008. Elle en produit annuellement une douzaine. «L’idée est de faire profiter une autre catégorie de spectateurs de ce festival», indique Jalil Laguili, secrétaire général de la fondation du festival du film de Marrakech. Pour Saïd Oumassou, cinéphile malvoyant et chargé de la mise en place de ce projet en collaboration avec l’animateur radio Rachid Sebahi, ainsi que l’Organisation alaouite pour les aveugles du Maroc (OAPAM), «c’est aussi une manière d’intégrer les non-voyants dans la société». A travers cette première expérience au Maroc, le binôme espère aussi sensibiliser la SNRT aux besoins des non-voyants.Côté films, plus de 200 projections sont au programme de cette 8e édition. De quoi assouvir la soif de tous les cinéphiles. Et comme chaque année, 16 films sont en lice pour les quatre prix: l’Etoile d’or, le Prix du jury, le Prix d’interprétation féminine et celui d’interprétation masculine. La liste définitive des films en compétition sera connue d’ici peu. D’après les organisateurs, plus de 500 films ont été soumis aux équipes de programmation dont des productions russes, danoises et berbères.


Plus de prérogatives

PLUS les années passent, plus la fondation organisatrice gagne en maturité et plus ses prérogatives sont nombreuses. Des tâches assurées auparavant par le partenaire français du FIFM, Public système cinéma en France, sont désormais confiées à la Fondation. Ainsi, le régisseur du festival est le Marocain Yassine Charai. La production est aussi contrôlée à partir de Marrakech. Les scènes sont fabriquées sur place, avec le concours des artisans locaux.Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc