×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès: Un milliard de DH pour deux stations d'épuration

Par L'Economiste | Edition N°:1738 Le 01/04/2004 | Partager

. La Radeef lance un grand chantier en 2005 pour le traitement des eaux usées La Radeef prépare un gros projet pour l'épuration des eaux usées de Fès. Ceci devra lui coûter 1 milliard de DH. Des négociations sont en cours avec des bailleurs de fonds européens afin de pouvoir lancer le chantier en 2005. Fès est alimentée en grande partie en eau potable par l'Oued Sebou. Une rivière qui constitue également un réservoir stratégique d'eau d'irrigation pour toute la région du Gharb. Chaque année les industries rejettent des tonnes de déchets organiques et de métaux lourds dans les égouts qui finissent par se vider dans l'Oued Fès, un affluent du Sebou. Une situation face à laquelle la Radeef n'est pas restée les bras croisés. Pour elle, l'épuration des eaux usées présente une priorité à l'échelle nationale. L'option pour deux stations d'épurations (l'une en aval de l'Oued et l'autre en amont) permettrait de faire des économies de 275 millions de DH (au lieu d'une seule grande station). En effet, une station de prétraitement réduirait considérablement le coût du traitement final de l'autre station. L'appel d'offres sera lancé prochainement. Selon un document de la Radeef, le débit de l'oued Sebou est de 105.000m3/jour. Près de 40% de ce volume sont pollués par les rejets industriels. En 2015, le débit du Sebou passera à 150.000 m3/jours, mais la pollution industrielle ne constituera que 30%. Entre-temps, les efforts de dépollution doivent être accélérés. C'est une priorité. L'une des stations envisagées permettra de traiter les eaux usées qui alimentent Oued Fès. D'ailleurs, le traitement des eaux en amont sera réalisé grâce à un procédé dit des “boues activées”. Deux pôles ont été identifiés. Le premier est situé au niveau de Dokkarate où sera installée la première station en amont qui traitera 25% des eaux polluées. Un autre pôle est prévu en aval à l'est de la ville et traitera 75% des eaux polluées. Les études de la Radeef considèrent la dépollution industrielle comme étant urgente et indispensable pour le fonctionnement des 2 stations. Ceci n'empêche aussi qu'il faut un prétraitement industriel. Les unités concernées par ce prétraitement sont les huileries (margines), les tanneries et dinanderies (métaux lourds) et d'autres unités polluantes du quartier industriel Sidi Brahim. Le coût global de la dépollution industrielle est estimé à 50 millions de DH. En tout cas, les responsables de la Radeef assurent que l'ensemble des travaux relatifs au réseau d'assainissement liquide de Fès sont en cours d'achèvement. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc