×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

El Jadida: Comment un caissier de banque arnaque des clients

Par L'Economiste | Edition N°:1738 Le 01/04/2004 | Partager

. Il les contactait à titre personnel pour leur emprunter de l'argent. En contrepartie de chèques sans provision. Après avoir accumulé une lourde dette, il s'est enfui en FranceLe caissier d'une agence bancaire à El Jadida est introuvable depuis quelques semaines. Il serait actuellement en France. Des plaintes sont déposées contre lui par des clients de sa banque qui lui ont prêté à titre personnel des sommes d'argent. Ce caissier détectait les clients qui ont des comptes bien approvisionnés avant de les démarcher. Le nombre des prêteurs n'a pas été déterminé avec exactitude par la banque, secret professionnel oblige. Un ressortissant français victime des malversations du caissier vient de porter plainte auprès du procureur du roi. Il raconte avoir été contacté en dehors de l'agence bancaire par le caissier qui lui a demandé 7.000 DH contre “curieusement, un chèque en caution de 20.500 DH”, fait savoir ce ressortissant, qui préfère garder l'anonymat. La direction de l'agence bancaire a mis en congé le caissier, le sommant de régler ses nombreux chèques sans provision. Ce dernier devait rependre son travail le 19 mars. Aux dernières nouvelles, il serait à l'hôtel Bernic à Paris, d'où il a téléphoné au ressortissant français pour lui assurer qu'il honorerait ses engagements. Le caissier a envoyé un fax à la direction de la banque depuis la France où il explique avoir suivi des soins médicaux. La direction de l'agence lui adresse alors plusieurs mises en demeure à son domicile, lui demandant de se présenter devant une commission médicale au Maroc pour justifier son absence. Mais le caissier n'a plus donné de ses nouvelles. La direction, de son côté, déclare “ne pas être responsable des agissements de son employé en dehors de ses heures de travail”. En effet, le mis en cause avait pour habitude de relancer ses clients à leur domicile ou à leur lieu de travail. Certaines victimes gardent l'espoir de se faire indemniser par la banque. De notre correspondant,Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc