×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie

Fès: Plus de 1.700 interpellations en 15 jours

Par L'Economiste | Edition N°:1916 Le 14/12/2004 | Partager

. Une action qui fait croire à un retour de la sécurité . La police fait appel au civisme des citoyens La sûreté régionale renforce les mesures de sécurité. Les opérations d’assainissement se multiplient. Et malgré tout, la rumeur continue à alimenter les discussions. Mercredi dernier, sur les terrasses des cafés, on ne parlait que de ces éléments des GUS (groupes urbains de sécurité) qui auraient perdu leurs propres motos alors qu’ils prenaient des sandwichs. L’information a été, aussitôt, démentie par des responsables de la DGSN. Ces derniers ont affirmé que les GUS ne sont pas autorisés à laisser leurs véhicules. Rumeurs donc et racontars ? Lesquels rumeurs deviennent au fil des jours des blagues, puis s’éteignent pour que d’autres naissent.   “Certains n’ont rien à faire. Leur commun, c’est d’imaginer des histoires qui n’ont aucun fondement. Ils les improvisent, les racontent à tort et à travers et fond d’elles des réalités…”, indique le nouveau chef du Service régional de la police judiciaire (SRPJ), Zine El-Abidine Khalil. Ce dernier n’a pas encore entamé son explication alors qu’un appel de détresse a été signalé. Enfin, un acte civique mais “enjolivé”. La personne affirmait qu’un individu abuse d’une pauvre jeune fille dans une station-service abandonnée, située au Boulevard Chefchaoun. Il était 18 h. Zine El-Abidine envoie les unités 55 et 56 de la BAG (brigade anti-gangs) sur les lieux. Dix minutes plus tard, il s’est avéré qu’il s’agit d’un vagabond drogué et d’une prostituée. “Il faut avoir l’esprit du propriétaire et non pas du locataire: Fès est notre ville, sa mise à niveau et son bien-être constituent une responsabilité nationale”, a affirmé Ahmed Arafa lors d’une récente réunion organisée par le CRI. “Nous ne devons pas nous comporter comme de simples spectateurs, il faut qu’on participe au développement”. En tout cas, la quiétude semble être revenue ces derniers jours grâce au renforcement des effectifs de la DGSN. Un premier groupe de 200 policiers est arrivé le 23 novembre. Leur présence est visible dans plusieurs quartiers où ils multiplient rafles et opérations de ratissage. Bilan: du 23 novembre au 7 décembre, plus de 1.700 personnes, dont 170 recherchées pour divers crimes et délits, ont été arrêtées. “Le travail qui a été fait en 15 jours est équivalent en principe à une activité des services de police de trois mois”, souligne Mokhtar Kassimi El Bekkali, le nouveau préfet de police. Concernant la circulation routière, plus de 431 voitures et 350 motos ont été mis en fourrière durant les quinze derniers jours.


Nouveau chef du SRPJ

Khalil Zine El-Abidine est le nouveau chef du SRPJ. Il remplace Abdelmalek Hessaki. Né à Fès, il y a 39 ans, Zine El Abidine occupait, jusqu’à sa nomination, le poste de Chef du 4e arrondissement (Bensouda). Auparavant, il était chef de la BAG. Il se rappelle encore qu’il avait pu résoudre l’énigme des voleurs de voitures “Renault Kango” et l’affaire des 7 tonnes de drogue d’Imouzzer.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc