×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fès identifie ses besoins en compétences

Par L'Economiste | Edition N°:3311 Le 02/07/2010 | Partager

. L’Anapec a mené une enquête auprès de 400 entreprises. 16.023 personnes à recruter à l’horizon 2011FÈS-Boulemane s’est dotée d’une étude prospective des besoins en compétences à court et moyen terme. Œuvre de l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences (Anapec) et première dans la Région, ladite étude a permis d’identifier 9 secteurs économiques porteurs en matière d’emploi, dégageant des besoins en recrutement de 16.023 personnes à l’horizon 2011. Le séminaire de la restitution de ses résultats s’est tenu, dernièrement, en présence de Jamal Rhmani, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Par la même occasion, le ministre a assisté à la cérémonie de signature de trois conventions de partenariat entre l’Anapec, la wilaya de la région Fès-Boulemane, l’Association marocaine du textile habillement (Amith-Fès), la Fédération nationale du bâtiment et travaux publics (FNBTP), et la nouvelle zone d’activité Fès Shore. Ces accords visent l’insertion de 4.000 jeunes chercheurs d’ici 2011. Bien avant, la seule unité de confection «Brother’s Style» entend recruter dans l’immédiat près de 500 ouvriers. C’est son patron, Mehdi El Khlifi, qui le confirme. Selon lui, le secteur de la confection est en manque de ressources humaines. Du même avis, Saïd Belkhayat, président de l’Amith, reconnaît qu’une «masse importante de la main-d’œuvre s’est déplacée vers les usines de Tanger si elle ne s’est pas convertie après la crise d’il y a un an». En tout cas, les responsables de l’Anapec se disent prêts pour accompagner les opérateurs et améliorer l’employabilité. Premier signe sur leurs bonnes intentions, le séminaire de Fès qui a apporté un éclaircissement consistant sur une question primordiale et objet de débats: la problématique de la compétence et des emplois dans l’accompagnement de la dynamique économique régionale. Pour Hafid Kamal, DG de l’Anapec, l’étude prospective vise l’anticipation des besoins en recrutement des entreprises, des investisseurs et des secteurs d’activité dans la région pour une meilleure préparation des viviers de compétences. Il a été, ainsi, procédé à l’identification des secteurs porteurs en matière d’emploi, des besoins immédiats des entreprises en recrutement et en formation à la carte, des secteurs d’activité retenus par entreprise et par emploi-métier. Les besoins en recrutement des entreprises à court et moyen terme et l’identification des effectifs par profil à former dans le cadre de la formation contractualisée pour l’emploi et la formation qualifiante en tenant compte des capacités de formation existantes. En outre, l’Agence veut créer une dynamique au niveau de la région en informant et sensibilisant les professionnels des secteurs porteurs retenus par la mise en place d’un système de veille sur le marché de l’emploi dont les données sont actualisées tous les trois mois par enquête directe auprès des employeurs. Aussi, le Comité régional d’amélioration de l’employabilité (CRAME) a été mis à contribution.Tout ce travail de questionnement et d’enquête a porté sur près de 400 entreprises de la région de Fès-Boulmane dans les neuf secteurs porteurs retenus (BTP, confection et cuir, enseignement privé, tourisme, hôtellerie et restauration, agroalimentaire, artisanat, banque-assurance, santé, offshoring et TIC). Pour Abdou Jouahri, consultant en économie d’entreprise, c’est une enquête de référence qui dénote d’un besoin urgent d’une adéquation des formations par rapport aux attentes des entreprises et investisseurs potentiels. Même son de cloche auprès des professionnels impliqués dans le déroulement et l’aboutissement de l’étude. Pour eux, le séminaire a été l’occasion d’une rencontre interactive en deux panels, entre les représentants des secteurs clés de la région avec des interférences du ministre de l’Emploi qui a souligné le «bon moral» des entreprises et le DG de l’Anapec qui a démontré des capacités d’écoute nécessaire pour ce genre de rencontre.


Exode de la main-d’œuvre

DEUX panels ont retenu l’attention des participants. Le premier, réunissant quatre secteurs (BTP, NTIC, confection, tourisme) a porté la mention du «secteur militant» pour le textile et la confection. Celui-ci, en dépit des effets pervers des accords multifibres, continue de militer et se place en seconde position au niveau des besoins de recrutement. Le second panel composé des secteurs de l’artisanat, banque-assurance, santé, enseignement privé, CRI, Anapec, s’est attelé à traiter entre autres des préoccupations des représentants de l’enseignement privé à propos des licences professionnelles, de la reconnaissance des formations médicales et de la modulation et le déploiement des formations en fonction des besoins clairement définis.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc