×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    FAO: La population du globe mangera à sa faim«, en 2030

    Par L'Economiste | Edition N°:818 Le 26/07/2000 | Partager

    • Mais il y aura un demi-milliard de mal-nourrisLES 8 milliards d'individus qui peupleront la planète en 2030 seront mieux nourris et l'accès aux produits alimentaires sera meilleur, selon le rapport de la FAO actuellement en préparation.Cependant, le nombre absolu d'êtres humains souffrant de malnutrition chronique demeurera élevé. Ainsi en 2015, quelque 580 millions de personnes devraient souffrir de sous-alimentation.La croissance démographique devrait fléchir alors que la consommation de denrées alimentaires augmenterait dans un nombre croissant de pays, indique le rapport. La production agricole en 2030 serait supérieure de 70% aux résultats actuels. Les 4/5 de cette croissance seront dus à l'intensification de la production grâce à l'augmentation des rendements, aux cultures multiples et aux périodes de jachère plus courtes.Les céréales resteront la denrée alimentaire de base, fournissant la moitié de l'apport calorifique journalier. La production mondiale de céréales qui atteint actuellement 1,84 milliard de tonnes augmenterait de près d'un milliard de tonnes d'ici 2030.Les pays en développement dépendront de plus de plus des importations de cette denrée qui demeurera de loin la nourriture la plus importante en termes d'apport calorique. Les importations nettes passeraient de 107 millions de tonnes en 1995-1997 à 270 millions en 2030.Le rapport prévoit par ailleurs un ralentissement de l'économie mondiale de la viande. Pour sa part, la consommation moyenne de poisson par personne à l'échelle mondiale pourrait passer de 16 kg par an en 1997 à 19-20 kg en 2030. Cette consommation s'établirait ainsi à près de 160 millions de tonnes. Le rendement maximal constant annuel des prises marines est estimé à 100 millions de tonnes.Le rapport exprime par ailleurs la préoccupation de la FAO à l'égard de l'élevage intensif, du fait des maladies du bétail qui prennent parfois des «proportions dramatiques«, d'autant que «certaines peuvent être transmises à l'homme«.A noter que le rapport intitulé «Agriculture: horizon 2015-30« présente les tendances mondiales en matière d'alimentation, nutrition et agriculture au cours des trente prochaines années.A. Me.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc