×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Familles en situation difficile : Les ONG à la rescousse

    Par L'Economiste | Edition N°:231 Le 23/05/1996 | Partager


    Le Ministère de l'Emploi et des Affaires Sociales a organisé, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement, une journée d'étude sur le thème "Pour une promotion des familles en situation socio-économique difficile". Cette rencontre, qui a eu lieu le 15 mai, coïncide avec la Journée Internationale de la Famille proclamée par l'Organisation des Nations Unies en 1994.
    13% de la population marocaine est considérée comme pauvre selon les données de l'enquête sur le niveau de vie des ménages réalisée en 1991 par la Direction de la Statistique. L'écart entre cette catégorie de la population et les 13% les plus riches dénote une très grande disparité. Si la dépense annuelle moyenne chez les 13% les plus pauvres est de 1.997 DH, chez les 13% les plus riches elle atteint 21.815 DH, soit onze fois plus. Les premiers participent à hauteur de 3,9% à la dépense globale contre 28,8% pour les seconds. Dans le domaine de la santé, 1,2% seulement des plus pauvres disposent d'une couverture sociale contre 41,4% chez les plus riches.
    Les actions du Maroc visant l'éradication de la pauvreté et la préservation du niveau de vie des familles sont diverses. En 1994, le Ministère de l'Emploi et des Affaires Sociales a mis en place le Comité National de la Famille dont la mission est l'évaluation de la situation des familles en difficulté et la coordination entre les différents intervenants à l'échelle nationale. Une stratégie nationale de développement a été élaborée avec comme objectif de départ d'assurer la croissance économique pour promouvoir l'emploi et développer l'aspect humain et social par l'amélioration des divers indicateurs sociaux. Cette stratégie se base sur la rationalisation des structures d'accueil, la concertation entre les différents intervenants, la répartition des dépenses publiques sur des projets à buts sociaux et la maîtrise des priorités. Néanmoins, étant donné que l'Etat ne peut plus assurer la majorité des dépenses sociales, l'orientation se fait vers la promotion du rôle des organisations non gouvernementales. Celles-ci peuvent, grâce à leur créativité et leur flexibilité, trouver les moyens financiers nécessaires pour venir en aide aux familles. Le gouvernement de son côté apportera son aide sous forme de contribution en nature. Les sociétés de bienfaisance bénéficient déjà de cette mesure, appelée à se développer davantage. Pas moins de 700 cadres sont détachés par le Ministère de l'Emploi et des Affaires Sociales auprès de ces organisations.

    Hakim ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc