×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Et si Bush avait tort!

Par L'Economiste | Edition N°:1412 Le 10/12/2002 | Partager

. Le Président américain, George Bush, cherche à tout prix des preuves contre l'Irak, estime le New York Times. Quelques responsables américains avouent l'échec de l'administration américaine dans le dossier irakien Dans une analyse réalisée par David Sanger, analyste américain, et publiée au New York Times, dans l'édition du 8 décembre concernant le dossier irakien, il serait dur pour l'administration américaine de prouver la détention par l'Irak d'armes de destruction massive. Par le passé, il y a eu une situation similaire: dans les années 60, le représentant permanent américain à l'ONU, Adlai Stevenson, avait alors présenté des documents et photos montrant des missiles nucléaires livrés par les Soviétiques aux Cubains. Des responsables américains se demandent donc: “Pourquoi Bush est -il incapable d'orchestrer le même scénario pour mettre en évidence les affirmations américaines?”Les réponses à ce sujet sont mitigées. Quelques responsables expliquent que les sites de réserve d'armes biologiques sont ultraprotégés. Même les puissants satellites d'espionnage américains ne peuvent les détecter. D'autres ont la certitude que l'administration Bush ne dispose d'aucun document contre Saddam. “Bush refuse de déclarer l'échec de son équipe et s'évertue à insister sur l'acquisition par l'Irak d'armes nucléaires”, estime le New York Times. Ces accusations sont fondées sur de simples conclusions, ce qui rend la mission de Bush et de son équipe l'une des plus délicates dans l'histoire de l'administration américaine. De son côté, Bagdad a annoncé dimanche soir qu'il n'avait rien pu ajouter à ses déclarations précédentes sur son programme d'armes biologiques, alors qu'il s'agissait là d'une exigence prioritaire des inspecteurs. «La déclaration dans le domaine biologique concerne un programme qui n'a jamais existé après 1991», date de la fin de la guerre du Golfe, a déclaré le conseiller auprès de la présidence irakienne, le général Amer Al-Saâdi. La déclaration de l'Irak sur ses armements de destruction massive destinée au Conseil de sécurité des Nations unies, remise vendredi aux inspecteurs en désarmement, est arrivée dimanche dans la soirée au siège de l'ONU à New York. Sur le terrain, les inspections se sont poursuivies avec la visite de deux nouveaux sites suspects et leur rythme devrait s'accroître dans les prochains jours. Vingt-cinq inspecteurs supplémentaires s'ajoutant aux 17 à pied d'oeuvre sont en effet arrivés dimanche en Irak.“En attendant, les Etats-Unis poursuivaient leurs préparatifs pour une éventuelle intervention militaire en Irak et ont lancé lundi un important exercice mobilisant de gros moyens technologiques”, fait noter le New York Times. Le commandant des forces américaines dans le Golfe, le général Tommy Franks, dirige cet exercice dans à peu près une semaine, qui va permettre notamment de tester les moyens de communication du centre de commandement installé au Qatar. Environ un millier de militaires américains et britanniques sont directement impliqués dans cet exercice, baptisé Internal Look, qui concerne également des milliers d'autres soldats dans la région et dans le monde.Hayat KARIM ALLAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc