×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Irak: Le règlement pacifique compromis par l'entêtement américain

Par L'Economiste | Edition N°:1412 Le 10/12/2002 | Partager

. La remise de la déclaration renforce les chances d'un règlement politique . L'administration américaine réaffirme sa conviction que l'Irak cache toujours des programmes nucléaires, mais elle refuse de divulguer ses sourcesLa remise par l'Irak à l'ONU de sa déclaration sur ses armements de destruction massive renforce les chances d'un règlement politique, a estimé lundi un vice-ministre russe des Affaires étrangères, alors que Washington continue ses préparatifs de guerre contre Bagdad. Cet effort pour mettre en oeuvre la résolution 1441 «crée une bonne base pour un règlement politico-diplomatique du problème irakien«, a souligné le responsable russe. Le vice-ministre a estimé que ce document ne pouvait être jugé que par les experts de la Commission de contrôle, de vérification et d'inspection de l'ONU et de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Il a également estimé que si certains pays réagissaient négativement à ce document, une telle situation ne pouvait justifier une action militaire unilatérale contre Bagdad, dans une allusion claire aux Etats-Unis. Le chef de la diplomatie russe, Igor Ivanov, avait déjà appelé samedi son homologue américain Colin Powell à utiliser «tous les moyens« politiques pour régler le problème de l'Irak. A noter que Moscou s'est toujours déclaré opposée à une intervention militaire unilatérale des Américains contre Bagdad, allié traditionnel de la Russie et qui a promis que les entreprises pétrolières russes auraient la priorité lors de la levée des sanctions. De son côté, la Chine a estimé que la déclaration irakienne sur les armes de destruction massive devrait être évaluée en fonction de ce qu'auront trouvé les inspecteurs en désarmement. «La partie chinoise maintient que le communauté internationale doit résoudre la question irakienne de manière politique dans le cadre de l'ONU» poursuit un communiqué. La remise du document à l'ONU a en revanche été farouchement accueillie par Washington. «Nous continuerons à travailler avec d'autres pays pour parvenir au but ultime, qui est de protéger la paix en mettant fin à la recherche et à l'accumulation d'armes de destruction massive par (le Président irakien) Saddam Hussein«, a indiqué la Maison-Blanche dans un communiqué. Ainsi, l'ancien président démocrate américain, Jimmy Carter, s'est déclaré lundi «en plein accord avec la décision du gouvernement républicain de respecter, concernant l'Irak, l'autorité du conseil de sécurité de l'ONU». Les dirigeants irakiens, quant à eux, ont affirmé que les documents, remis vendredi 24 heures, avant l'expiration du délai d'un mois imposé par la résolution 1441 du 8 novembre, établissaient que Bagdad n'avait pas d'armes nucléaires, chimiques ou biologiques. Washington a réaffirmé être convaincu que Saddam Hussein cachait toujours des programmes nucléaires, biologiques et chimiques, mais les Américains refusent de divulguer les preuves de leurs accusations, arguant qu'ils ne veulent pas trahir leurs sources, en particulier sur le terrain de l'ONU. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc