×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Enquête sur l’informel
40.000 nouvelles unités chaque année

Par L'Economiste | Edition N°:3165 Le 08/12/2009 | Partager

. Plus de 18% des unités sont patentées. Une étude du HCPFacile à décrire et difficile à définir, l’informel contribue à l’emploi, représente 14,3% du PIB en 2007 et reste prédominant dans le secteur du commerce. Ce sujet, qui a fait l’objet d’une enquête du Haut commissariat au plan, plombe la concurrence des entreprises déclarées et continue à sévir dans des proportions importantes. Les résultats préliminaires de l’enquête du HCP le confirment. En l’espace de 8 ans, soit de 1999 à 2007 le nombre d’unités de productions informelles est passé de 1,233 million à 1,550 million. Ce qui représente en moyenne 40.000 nouvelles unités par année donnant ainsi de la matière pour le fisc et la CNSS. L’informel reste prédominant dans le commerce avec plus de cinq unités de production sur dix. Un chiffre en augmentation de 4,6 points par rapport à 1999. En revanche, ce phénomène a reculé de 4,4 points dans l’industrie et de 0,8 point dans les BTP passant respectivement à 17,2% et à 5,4%. Il a quasi stagné dans les services où il représente 20%. Dans son enquête, le HCP, qui présente les résultats de son étude aujourd’hui mardi 8 décembre, a concentré ses investigations sur les unités de production qui ne disposent pas d’une comptabilité conformément à la réglementation. Il s’est également limité aux activités non agricoles et seules les activités commerciales et artisanales exercées par les agriculteurs sont prises en considération.L’informel reste donc un phénomène urbain même s’il gagne du terrain dans les campagnes. En 2007, sept unités de productions informelles sur dix sont localisées dans les villes. En revanche, 30% d’entre elles opèrent dans les zones rurales contre 28,4% en 1999. Les caractéristiques des unités de productions informelles (UPI) ont légèrement changé par rapport à 1999. Ainsi 49,1% d’entre elles ne disposent pas de local contre 48% en 1999. Celles disposant d’un local ont en revanche vu leur nombre s’accroître de 4 points passant ainsi à 44,1% en 2007. En même temps le travail à domicile a perdu 4 points se faisant donc de plus en plus rare. Autre caractéristique, l’existence d’une patente pour 18,6% des unités opérant dans l’informel. Un chiffre qui a toutefois accusé un recul de 4,7 points comparativement à 1999. Cette baisse a été plus marquée dans le commerce avec une régression de 8,4 points des unités disposant d’une patente. Le recul des unités patentées est également constaté dans l’industrie et les services. Par contre un léger accroissement (2,7 points) est relevé dans les BTP. Connu pour sa précarité, le secteur informel dégage un chiffre d’affaires annuel de 279,916 milliards de DH contre 166,346 milliards en 1999, en augmentation de 68,3% entre 1999 et 2007. Le taux d’accroissement annuel moyen étant de 6,72%. Et c’est le commerce, avec sa multitude de détaillants, qui compte la part la plus importante de chiffre d’affaires, soit 77,3%. Il est suivi par l’industrie et les services qui comptent respectivement 11,5% et 6,8% du chiffre d’affaires global du secteur informel. Ils sont respectivement à 32,27 milliards et 19 milliards de DH.


L’enquête

L’enquête du Haut commissariat au plan ne définit pas l’informel, elle s’est focalisée sur les unités qui ne disposent pas d’une comptabilité conformément à la réglementation. L’étude s’est étalée du 1er décembre 2006 au 30 novembre 2007. Ce qui a permis de tenir compte des variations saisonnières des activités informelles et de leurs rythmes. L’échantillon observé porte sur 10.259 unités de productions informelles représentatives de différentes catégories de producteurs informels.Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc