×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

En dépit d'une conjoncture morose : Lafarge a amélioré son résultat net en 1995

Par L'Economiste | Edition N°:222 Le 21/03/1996 | Partager

La conjoncture globalement "peu favorable" dans le secteur de la construction des pays industrialisés n'aura pas eu raison de l'activité de Lafarge.
Le numéro deux mondial du ciment a dégagé en 1995 un bénéfice net consolidé en hausse de 6% à 2,35 milliards de Francs (1FF=1,73DH), pour un chiffre d'affaires de 33,2 milliards (32,8 milliards en 1994). Le cimentier français a été sauvé par la diversité de ses positions géographiques et de ses productions. Lafarge a en effet amélioré son résultat grâce à une conjoncture porteuse dans les pays émergents comme le Maroc, l'Indonésie, le Brésil ou la Turquie, rapporte Les Echos. Ces pays ont contribué à hauteur de 17% au résultat d'exploitation du groupe, après 14% en 1994.
Côté produits, le cimentier a vu ses ventes de béton et de granulats baisser, ce qui s'est traduit par une baisse de 35% du résultat d'exploitation courant. Dans le ciment, Lafarge a vu ses ventes chuter de 25% sur le marché autrichien, envahi par les pays voisins de l' Europe de l'Est. En revanche, des hausses de 7 et 6% ont été relevés respectivement dans les activités plâtre et matériaux de spécialités.
Le ciment "représente encore l'essentiel de la richesse du groupe", souligne Les Echos. Il contribue pour 45% au chiffre d'affaires, 3,42 milliards de Francs au résultat d'exploitation courant, contre 162 millions pour les bétons et granulats, 324 millions pour le plâtre et 311 millions pour les matériaux.
Outre la contribution de sa diversification géographique, Lafarge a amélioré ses bénéfices 1995 grâce également à des plus-values exceptionnelles de 620 millions de Francs dégagées par des cessions d'actifs. Le groupe a prélevé 220 millions sur ce montant pour provisionner de futures restructurations dans les peintures pour bâtiment et poursuivre ses efforts de réductions de coûts en France et en Autriche. Selon l'expression de M. Bertrand Collomb, PDG de Lafarge, la réduction des coûts est devenue pour le groupe "un mode de vie".

Hakima EL MARIKY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc