×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    En bref

    Par L'Economiste | Edition N°:224 Le 04/04/1996 | Partager

    G7: L'emploi n'intéresse pas les argentiers
    Les sept pays les plus industrialisés (G7) se sont réunis les 1er et 2 avril à Lille pour un sommet sur l'emploi. La participation des ministres des Finances à cette rencontre des ministres de l'emploi visait à "symboliser l'effort commun pour l'emploi". Pourtant, cinq des sept ministres des Finances, dont ceux du Japon, des Etats-Unis et d'Allemagne, ont brillé par leur absence.
    Lors de ce G7, la France devait remettre sur la table le dossier de la clause sociale, l'idée étant de faire respecter un socle minimum de droits sociaux définis par l'OIT (interdiction de l'exploitation du travail des enfants et du travail carcéral, liberté syndicale...).

    UE: Coup d'envoi à Turin de la CIG
    Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'Union Européenne ont solennellement ouvert le 29 mars, à Turin, les travaux de la Conférence intergouvernementale (CIG). Cette conférence est destinée à réviser le traité de Maastricht et à réformer les institutions pour préparer l'Union à accueillir de nouveaux membres. Cette révision nécessitera au moins un an, selon la presse française. "La France estime essentiel que le délai d'un an fixé pour l'aboutissement de la Conférence soit tenu", a déclaré M. Jacques Chirac.
    Les Quinze auront donc un an pour se quereller et se réconcilier sur des questions telles que l'amélioration du fonctionnement de la coopération policière et judiciaire et dans les domaines de l'asile et l'immigration, l'accroissement des pouvoirs du Parlement européen, l'émergence d'une défense commune et l'extension du vote à la majorité qualifiée au sein du Conseil des ministres en augmentant le poids des grands pays. D'autres dossiers, comme la politique sociale et la lutte contre le chômage, se sont rajoutés au menu.

    La Hongrie adhère à l'OCDE
    La Hongrie est devenue, le 29 mars, pays membre de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE). Il s'agit du deuxième pays de l'Est, après la République tchèque, à adhérer à l'Organisation, qui compte désormais 27 membres.
    Cette adhésion récompense des efforts de libéralisation et la mise en oeuvre d'un sévère plan de stabilisation.
    En 1995, le pays a enregistré une croissance de 2% et table cette année sur 3%. En revanche, son inflation reste importante (28,8%) et doit être ramenée à 10% en 1997.

    France: Les députés adoptent le projet de loi sur la concurrence
    L'Assemblée nationale française a adopté le 28 mars en première lecture le projet de loi sur "la loyauté et l'équilibre des relations commerciales" (Cf L'Economiste du 7 mars 1996). Ce texte, qui réforme le droit de la concurrence, est destiné à rééquilibrer les relations entre commerce et industrie, notamment en renforçant les règles sur la vente à perte ou les prix "abusivement bas" pratiqués par les grandes surfaces et dénoncés depuis plusieurs années par les industriels, le petit commerce et les agriculteurs.
    Selon Les Echos, les députés de la majorité sont allés plus loin que le texte du gouvernement en supprimant le refus de vente, sans aucune restriction, et en rendant plus stricts les délais de paiement pour les denrées périssables.

    Textile: L'Allemagne dénonce le plan français
    Le syndicat allemand du textile, de l'habillement et de la chaussure (GTB) a demandé à Bonn d'entamer une démarche auprès de la Commission européenne pour que la France renonce à son plan d'aide au textile (Voir ci-contre).
    Le dispositif de soutien prévu par le gouvernement français est "une violation flagrante des règles de la concurrence au sein de l'Union Européenne", a expliqué le président du GTB, dans une lettre adressée aux ministres de l'Economie et du Travail.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc