×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & Carrière
OCP: Les bonnes recettes du foot

Par L'Economiste | Edition N°:2635 Le 22/10/2007 | Partager

. Management sportif: des idées simples, mais qui marchent à l’OCK. Un budget annuel de 8,5 millions de dirhamsL’histoire de l’OCP, c’est aussi l’histoire de son club de foot. L’OCK (Olympic club de Khouribga) aura incontestablement permis à cette petite ville minière, de près de 170.000 habitants, de sortir de l’anonymat. Comment un club, sponsorisé certes, mais à petit budget, a pu mettre fin à la suprématie des mastodontes Raja, WAC, FAR, etc.En réalité, la ville a toujours eu des heures de gloire dans le sport. Le judo dans les années 70, où le même OCK remportait à plusieurs reprises les championnats d’Afrique avec les frères Slimani, ou encore le tennis avec la famille Serghini. A l’origine de cette réussite, aucune recette miracle, mais une gestion rigoureuse. La stabilité du management aura été un facteur déterminant pour la réalisation des objectifs. A l’OCK on ne change pas de coach toutes les deux semaines et encore moins de comité de direction. Le club de football a été créé en 1923 par un groupe de ressortissants français, dont la majorité étaient des agents de l’OCP. L’OCK accède à la première division au début des années 1980. L’OCK a réalisé un doublé, Coupe du Trône et Championnat en 2006. Ce club, parrainé par l’OCP, n’est pas le seul à s’être distingué. Celui de Youssoufia, autre ville phosphatière, est indétrônable depuis des années dans la gymnastique.A son arrivée à l’OCP, Mustapha Terrab n’a pas caché son admiration pour ces performances. Synergies obligent, l’idée d’analyser les recettes qui marchent au club et de s’en inspirer a fait son chemin. Une des pistes particulièrement intéressantes porte sur l’adhésion aux objectifs. Les joueurs de l’OCK se sont appropriés l’appartenance à un grand groupe. L’esprit collectif règne même si le club fonctionne avec un petit budget: 8,5 millions de dirhams dont 6,6 millions au titre de la subvention OCP. Rien à voir avec les gros budgets alignés par le Wydad de Casablanca ou le Raja. Même dans ses recrutements, le club reste «lucide»: les stars embauchées à coup de millions n’y sont pas prisées. L’OCK recrute des joueurs de la seconde division et met le paquet au niveau de l’entraînement pour les mettre à niveau.Contrairement à une idée reçue, les joueurs ne sont pas des salariés de l’OCP. Ils reçoivent une indemnité de 4.000 dirhams par mois. Il faut compter également les primes servies en cas de victoire: entre 3.000 et 4.000 dirhams, ou en cas de match nul: 2000 dirhams. Les joueurs de l’OCK comme ceux de plusieurs clubs ne paient pas d’impôt. Cette petite «largesse» est compensée par une absence de couverture sociale et de couverture maladie. Les soins sont pris en charge par les clubs. Mais la famille du joueur «se débrouille». Autres atouts du club OCK omnisports, son infrastructure sportive. Le complexe sportif des phosphatiers compte plusieurs installations. En plus du stade de football d’environ 10.000 places, où se déroulent les rencontres officielles, l’enceinte dispose de deux terrains annexes gazonnés pour les entraînements et le championnat des jeunes, deux autres terrains gazonnés dont une aire de jeu pour le rugby, une salle couverte omnisports, une piscine pour les entraînements dont un bassin chauffé et un autre à ciel ouvert. A cela s’ajoutent quatre terrains de tennis, un circuit karting, des salles de sport (judo, haltérophilie, gymnastique et fitness), etc. Dans le cadre de la mise à niveau du football national, un projet est en cours pour la construction d’un centre de formation des joueurs avec un terrain à gazon artificiel.Côté organisation, rien de bien original. Tout est dans la clarté et la définition des tâches dispatchées entre différentes commissions, parmi lesquelles l’on retrouve une chargée de l’organisation et des relations avec les supporters, une commission de discipline, une commission finances et marketing, etc. L’équipe technique compte les professionnels du sport, des médecins et des infirmiers soigneurs. A chacun son métier: le staff administratif et financier s’occupe de la gestion du club et l’équipe technique se charge des entraînements et veille sur les joueurs. L’absence d’interférence assure un équilibre et la stabilité dans les effectifs. C’est ce qui a permis au club de s’inscrire dans la durée et de se tenir à l’écart des soubresauts qui secouent les clubs de football au Maroc.Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc