×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
Echos d’ailleurs
A carrière égale, salaire inégal

Par L'Economiste | Edition N°:2664 Le 03/12/2007 | Partager

. Le gouvernement français veut rétablir l’équité y compris par la sanctionPendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait aussi promis de réunir les partenaires sociaux «dans le but d’aboutir à une égalisation des rémunérations d’ici à 2009». Xavier Bertrand, le ministre du Travail, applique la promesse. «La problématique de l’égalité salariale a fait l’objet d’une conférence nationale comme on les aime bien dans l’Hexagone. L’objectif  est d’atteindre une fois pour toutes l’égalité homme-femme en 2009», précise la lettre de mission adressée au ministère du Travail par l’Elysée. Du boulot en perspective…En 2005, le salaire horaire des Françaises était inférieur en moyenne de 19% à celui des Français. A carrière égale, une femme touchait 11% de moins qu’un homme, «un écart inexpliqué qui reflète en partie la discrimination salariale», notent les experts du ministère du Travail dans un rapport de 2006. Plus on monte dans la hiérarchie, plus l’écart s’accroît. Pour les cadres, il atteint 25% ! La dernière loi sur la parité professionnelle, la loi Ameline, avait aussi pour objectif l’égalisation des salaires d’ici à 2010. Elle prévoyait un rattrapage salarial au retour des congés maternité et rendait impératives les négociations d’entreprise. Votée en mars 2006, elle n’a même pas eu le temps de porter ses fruits, mais le gouvernement la juge déjà insuffisante. Seulement 3% des entreprises ont engagé des négociations, a rappelé Xavier Bertrand. D’où l’annonce d’un nouveau projet de loi, qui imposera des sanctions financières «aux entreprises, qui n’auront pas mis en place un plan de résorption des écarts salariaux au 31 décembre 2009». Ces sanctions seront redistributives, c’est-à-dire qu’elles seront reversées aux entreprises de bonne volonté. Ces pénalités seront assez dissuasives, promet le gouvernement. Le projet de texte devrait être présenté au premier semestre 2008 devant le Parlement. A elle seule, la loi ne résoudra pas le problème. En effet, elle ne s’attaque qu’aux salaires, comme si l’inégalité professionnelle entre les deux sexes se résumait à une simple différence de paie. Le taux d’activité des femmes a grimpé de plus de 12 points depuis 1975, passant de 51,5 à 63,8%. Une belle évolution, qui cache la réalité du chômage et du temps partiel. Le taux de chômage est plus important chez les femmes que chez les hommes. Elles reçoivent moins d’allocations chômage. Même leurs retraites sont inférieures, de 38% en 2004, selon le ministère de l’Emploi. C. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc