×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Elections russes: Poutine triomphe

Par L'Economiste | Edition N°:1726 Le 16/03/2004 | Partager

. Plébiscité dans les présidentielles, il promet aux Russes “croissance et bien-être” LES Russes, épris de stabilité, ont donné carte blanche à Vladimir Poutine en le reconduisant triomphalement à la présidence dimanche dernier, et le chef de l'Etat a promis en échange, hier à l'aube, de leur assurer “croissance” et “bien-être”, et de défendre la démocratie. La réélection de Vladimir Poutine a pris des allures de plébiscite: il a obtenu dès le premier tour du scrutin présidentiel 71,2% des voix. Quatre ans plus tôt, pour son entrée au Kremlin, il avait récolté 52,9% des suffrages. L'opposition a dénoncé dès dimanche soir une campagne pipée, des pressions importantes faites sur les électeurs -témoignages à l'appui- et des “falsifications”. Les résultats obtenus sont “tout à fait satisfaisants” et à même de donner au président “la certitude de ses forces”, a commenté pour sa part le chef de l'Etat. “Je promets de continuer à travailler sur le même rythme”, a-t-il déclaré recevant les journalistes dans son “QG de campagne”, installé sur la place rouge, à deux pas du Kremlin. Nombre d'observateurs se demandent ce que Poutine, qui prône à la fois un Etat fort et puissant et la modernisation du pays, fera de cette carte blanche. “Le plus important” sera pour ce second mandat de quatre ans “d'assurer la croissance économique”, a expliqué Poutine. “Il nous faut faire de nouveaux pas en économie, dans la sphère sociale, et nous les ferons sans faute”, a promis le président qui, l'air détendu, avait troqué sa cravate contre un col roulé noir. Le secteur social est resté le parent pauvre des réformes depuis une décennie, avec des subventions toujours versées à une majorité de la population au lieu d'être concentrées sur les plus démunis, des retraites toujours très basses et un système de santé en déroute. Les élections russes ont été marquées aussi par un violent incendie dans un vieux centre d'exposition à deux pas du Kremlin. Hier matin, le maire de Moscou, Louri Loujkov, a exclu toute cause criminelle, et affirmé que le bâtiment historique du début du XIXe siècle sera reconstruit. “Ne cherchez pas du terrorisme ou du sabotage là-dessous. Les causes du feu semblent, à coup sûr, liées à de banals problèmes d'entretien”, a-t-il dit, selon l'agence Interfax.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc