×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Distrisoft dans la cour des grands

    Par L'Economiste | Edition N°:2356 Le 07/09/2006 | Partager

    . Le grossiste informatique justifie son entrée en Bourse. L’augmentation de capital financera la moitié du BFR additionnel. Un chiffre d’affaires de 540 millions de DH d’ici à 2009LES ambitions de Distrisoft sur le marché informatique se précisent. Le grossiste de hardware et de software est déterminé à consolider son positionnement sur le marché en s’introduisant en Bourse. «Notre stratégie consiste à rechercher des accords avec les leaders internationaux pour offrir des solutions complètes et diversifiées à nos clients», précise d’emblée Hakim Belmaâchi, DG de Distrisoft. L’opération porte, pour rappel, sur 65,45 millions de dirhams, dont deux tiers sont issus d’une cession d’actions existantes et le reste d’une augmentation de capital (cf. www.leconomiste.com) En effet, la PME détient des cartes prestigieuses de fabricants de hardware qui dominent le marché international. Il s’agit en l’occurrence de HP, de Dell et Fujitsu Siemens, occupant à elles seules plus de 60% du marché du PC au Maroc. Dans le segment du software, Distrisoft entretient depuis sa création en 1991 des relations commerciales avec Microsoft. Elle a conclu ensuite des partenariats avec Symantec, leader mondial des antivirus, Computer Associates, Veritas et Adobe. Distrisoft est également présente sur le marché du périphérique et accessoires informatiques. La levée des 20 millions de dirhams contribuera d’ailleurs pour moitié au financement des besoins en fonds de roulement généré par le développement de l’activité. Distrisoft aura recours à l’endettement pour financer l’autre moitié. La société vise principalement le marché de l’administration publique, dont le budget informatique est en hausse de 15%. Il mise également sur le marché des particuliers qui ne cesse de croître, surtout du fait de l’essor d’Internet et des PC portable. Et ce n’est pas tout. Distrisoft lancera dès l’année prochaine une solution en commerce électronique, qui permettra aux clients de passer directement leur commande sur Internet. L’entreprise s’investira également dans de nouveaux produits commercialisés par les grandes marques de hardware, notamment dans l’audiovisuel et les télécommunications.«La cession d’une partie des actions des actionnaires actuels intervient pour permettre à l’entreprise de rassembler le nombre d’actions nécessaires pour être coté au deuxième compartiment», explique M. Belmaaâchi. L’ambition du retour sur investissement ne peut toutefois être exclue du raisonnement des cédants. Capital Morocco, le fonds d’investissement géré par Capital Invest détiendra 9,1% du capital contre seulement 28,1% auparavant. Le fonds compte, en tout cas, à savoir garder le reste de ses parts jusqu’en 2009. L’introduction en Bourse permettra, en outre, à Distrisoft de renforcer ses fonds propres et d’élargir, par conséquent, sa capacité d’endettement. Le coordinateur de l’opération BMCE Capital Conseil a construit un business couvrant la période 2006-2009. Il table sur un taux de croissance annuel moyen de 14,5%, soit un chiffre d’affaires de 540 millions de dirhams d’ici trois ans. La croissance moyenne du résultat net est estimée à 28,2% par an. Cela permettrait de réaliser un bénéfice de 25 millions de dirhams en 2009. Pour déterminer le prix de l’action, fixé à 595 DH, les analystes de BMCE Capital Finance ont employé deux méthode. La première consiste à actualiser les dividendes futurs, sur la base d’un taux de distribution de 60% l’an. L’entreprise a été ensuite comparée aux sociétés de distribution cotées au deuxième compartiment. La moyenne des deux approches donne lieu à un prix unitaire de 744 dirhams, soit une décote de 22,6% par rapport au prix proposé. À l’instar des autres introductions, la souscription, ouverte du 11 au 14 septembre, sera scindée en trois types d’ordre. Le premier concerne uniquement le personnel de l’entreprise et porte sur 5% du flottant. Le deuxième concerne les personnes physiques et morales exprimant des ordres inférieurs à 1700 actions (45%). Ces mêmes souscripteurs sont éligibles au troisième type d’ordre, réservé aussi aux institutionnels, s’ils demandent entre 1700 et 11.000 titres. Le syndicat de placement est composé de BMCE Capital Bourse (en tant que chef de file), CFG Marchés, Dar Tawfir et BMCE Bank (en tant que réseau placeur).


    Pas de levier pour Distrisoft

    LE directeur général de BMCE Capital Bourse, Youssef Benkirane a annoncé que l’effet de levier(1) ne sera pas autorisé pour cette opération en raison de son montant limité par rapport à Risma ou Addoha. Il a en outre précisé que le retardement de l’entrée en vigueur des circulaires du CDVM n’affecte en rien le déroulement des souscriptions. --------------------------------------------------------(1) Un prêt bancaire qui permet de doubler la mise du souscripteurNouaim SQALLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc