×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Diplômés chômeurs: Un cadeau du gouvernement?

    Par L'Economiste | Edition N°:2356 Le 07/09/2006 | Partager

    . 865 diplômés en chômage à insérer entre 2006 et 2007. Une Commission chargée de suivre le dossier. Un acte hautement politiqueBonne nouvelle pour les diplômés chômeurs. 865 d’entre eux seront intégrés dans la fonction publique entre septembre 2006 et septembre 2007. Cette décision a fait suite à une réunion, mardi dernier, entre le Premier ministre et les représentants des groupes des diplômés chômeurs. Trois groupes (Union des cadres supérieurs au chômage, Al-Amal des docteurs au chômage, les cinq des cadres supérieurs au chômage) ont ainsi signé un accord avec le gouvernement. Les termes de l’accord prévoient leur intégration au sein de la fonction publique «conformément aux dispositions juridiques et administratives fixées par le gouvernement pour l’accès à cette fonction». La priorité sera accordée aux membres de ces groupes, et la liste des noms des chômeurs sélectionnés devrait incessamment être adressée à l’ensemble des administrations, des institutions et entreprises publiques. Une commission technique, qui doit voir le jour, sera chargée du suivi de ce dossier, notamment en ce qui concerne les contacts nécessaires avec les diverses administrations. On ne sait pas encore où seront affectés ces jeunes. Pour l’heure, l’essentiel est de mettre en œuvre les mécanismes nécessaires à leur insertion au sein de la fonction publique. L’initiative prise par le gouvernement constitue «également un couronnement de l’initiative gouvernementale visant l’intégration de cette catégorie dans la vie professionnelle dans le cadre des mécanisme issus des assises nationales «Initiatives pour l’emploi» et des postes d’emploi assurés annuellement par la fonction publique», a déclaré Driss Jettou. . Programme de reconversionLors de ces assises, en octobre 2005, plusieurs décisions avaient été prises pour tenter de relancer l’emploi, particulièrement celui des jeunes. Faveurs fiscales pour les «jeunes entrepreneurs», charges sociales moins lourdes pour les entreprises dans le cadre de la première embauche, programme de reconversion prévoyant la formation de chômeurs aux besoins d’entreprises ayant formulé la demande d’embauche… L’entreprise semblait difficile à l’heure où l’ensemble des pays à travers le monde, même les plus développés, n’arrivent pas à apporter des solutions au délicat problème de l’emploi. Le Maroc est loin d’échapper à la règle. Des centaines de diplômés chômeurs manifestent régulièrement, sollicitant le gouvernement pour la création de nouveaux emplois dans la fonction publique, comme cela leur avait été promis par les précédents gouvernements. Certains d’entre eux sont allés jusqu’à s’immoler sur la place publique de la capitale, offrant ainsi l’image d’une jeunesse désemparée, suicidaire face à une politique gouvernementale impuissante. L’accord conclu ce mardi apparaît donc comme une bouffée d’oxygène et une initiative politique louable. Le gouvernement ne devra pas faillir à ses promesses.Amale DAOUD

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc