×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Diplômés chômeurs à l'Education Nationale: Les syndicats s'en mêlent

    Par L'Economiste | Edition N°:738 Le 03/04/2000 | Partager

    . L'UGTM juge cette mesure normale, la CDT appelle à un enseignement de qualité et l'Association des diplômés chômeurs veut que ses membres soient les premiers recrutés

    LE gouvernement fait preuve d'ingéniosité pour résorber le chômage. Il va emprunter la voie de l'Education Nationale pour employer une partie des diplômés chômeurs. Les exigences pour l'application de la réforme de l'enseignement motivent cette décision.
    La généralisation de l'enseignement à l'horizon 2002 nécessite la mobilisation d'un staff supplémentaire d'enseignants. Le gouvernement a annoncé le recrutement direct des diplômés chômeurs pour des postes d'enseignants de première classe (échelle 10). Cependant, le nombre de ces enseignants à recruter n'a pas été arrêté. "Il s'agit d'un recrutement à long terme", a déclaré à L'Economiste M. Abdellah Saâf, secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement Secondaire. La décision gouvernementale a suscité des réactions mitigées de la part des syndicats. Contactée, La Fédération Autonome de l'Enseignement affiliée à l'UGTM a considéré cette mesure comme "ordinaire et sans importance". M. Mohamed Benjelloun, secrétaire général de la Fédération a précisé que "cette ouverture est motivée par les grands besoins du Ministère de tutelle en enseignants". "Le Ministère a employé cette année près de 2.300 enseignants temporaires pour combler ce déficit", a ajouté M. Benjelloun.
    La position du Syndicat National de l'Enseignement affilié à la CDT est plus nuancée. Selon M. Mohamed Benhammou, "il s'agit d'un geste positif à l'égard des diplômés chômeurs. Il insiste sur "la nécessité de former ces diplômés pour garantir un enseignement de qualité". Selon lui, "le Ministère a de grands besoins au niveau des enseignants de première classe, puisqu'il recourt très souvent au personnel temporaire".
    "Toutefois, le choix des diplômés à employer doit respecter la norme qualité", explique-t-il. M. Benhammou appelle à "une plus grande visibilité" au niveau du recrutement des enseignants. "Le plus important est d'adopter une politique stratégique qui tienne compte des besoins éducatifs du pays et des moyens nécessaires pour les satisfaire. Ceci épargnera au gouvernement de faire face à des dysfonctionnements et à des déficits en matière de ressources humaines", propose-t-il.
    L'Association nationale des diplômés chômeurs a jugé l'ouverture de l'Education Nationale "encourageante". M. Hassan Belgarda, représentant de cette association, a cependant posé une condition. "Cette mesure sera encourageante si elle bénéficie d'abord aux membres de l'Association", précise-t-il. Selon lui, l'Association des diplômés chômeurs comprend actuellement près de 50.000 adhérents sur tout le Royaume.

    Nadia LAMLILI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc