×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Dette extérieure: Moody’s confirme sa notation

Par L'Economiste | Edition N°:1760 Le 04/05/2004 | Partager

. L’auteur du rapport annuel sur le Maroc estime que la réduction de cette dette s’accentuera dans les années à venir. La dette a été réduite de 12% en un anDans son rapport annuel sur le Maroc, l’agence Moody’s confirme sa notation Ba1 pour la dette extérieure marocaine. L’amélioration solide de la liquidité externe du Maroc, ainsi qu’une accélération des réformes structurelles sont à l’origine de la baisse continuelle de la dette extérieure. En ajoutant que la notation du Royaume est également influencée par son environnement politique relativement stable ainsi que de bonnes performances agricoles. Toutefois, l’économie du pays reste grevée, explique Sara Bertin, l’auteur du rapport, par un taux de chômage élevé, surtout chez les jeunes, ainsi que par sa dépendance vis-à-vis du secteur agricole. Elle estime tout de même que la baisse amorcée depuis deux années s’accentuera dans les années à venir. “Mais la réactivité du gouvernement par rapport aux événements politique et économique est importante”, souligne l’auteur du rapport. Rappelons que le processus de diminution de la dette extérieure publique s’est poursuivi en 2003 avec une baisse de 12%. Selon les derniers chiffres de l’argentier du Royaume, elle a été ramenée de 142,3 milliards en 2002 à 125,7 milliards à fin 2003. Cette baisse est la conséquence des flux négatifs d’endettement extérieur et l’impact de la dépréciation du dollar américain par rapport au dirham. Par conséquent, le taux d’endettement extérieur a été ramené de 35,8% à 29,5 du PIB entre 2002 et 2003. Par ailleurs, le rapport du stock de la dette extérieure publique aux recettes courantes de la balance de paiements est revenu de 81 à 70% durant la même période. Ce sont toujours les créanciers bilatéraux qui représentent le premier groupe créancier du pays avec une part de 41,2% de l’encours total. Précédant ainsi légèrement les institutions internationales (40,4%). Les banques commerciales arrivent en troisième position avec une part de 18,4%. En ce qui concerne les débiteurs, le Trésor demeure le principal emprunteur avec 62,7% du total de la dette, suivi de l’ONE (9%), la Société des Autoroutes du Maroc (ADM) avec 4,1%, la RAM (3,3%), la CNCA (3,2%), les ORMVA (3%) et l’OCP (2,9%). La part des autres établissements n’excède pas les 2,5% du total. Le processus d’amélioration de la structure de la dette en devises s’est poursuivi en 2003. Ainsi, la part de l’euro s’est accentuée de 8 points au détriment du dollar américain pour atteindre 56%. Alors que celle du yen est restée stable aux alentours de 8%. “Cette structure qui tend vers le benchmark de la dette extérieure atténue l’exposition au risque de change en limitant l’impact des fluctuations des différentes devises”, est-il indiqué du côté du ministère des Finances. La gestion active de la dette extérieure publique a porté sur un montant global de l’ordre de 680 millions de dollars, dont 61% concernant la dette directe et 39% celle des établissements publics.


Remboursement

En 2003, il a été procédé au remboursement par anticipation par le Trésor d’un montant global de l’ordre de 4 milliards de DH au titre de la dette onéreuse à l’égard de la BAD et de la BID. Cette opération financée par l’émission obligataire sur le marché financier international d’un montant de 400 millions d’euros a permis de réaliser un gain de près de 40 millions de dollars (www.leconomiste.com). Par ailleurs, les entreprises publiques ont remboursé par anticipation un montant de 2,5 milliards de DH au titre de la dette garantie, dont 0,6 milliard par Maroc Telecom, 0,6 milliard par la BNDE, 0,5 milliard par la CNCA et 0,5 milliard par l’Onep.A signaler également la conclusion en décembre 2003 de deux nouveaux accords de conversion de dettes avec l’Espagne notamment. Ces deux conventions portent sur un montant de 90 millions d’euros, dont 50 millions au titre de la conversion en investissements publics et 40 autres pour des investissements privés. Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc