×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Déséquilibres commerciaux avec la Chine: A qui la faute?

    Par L'Economiste | Edition N°:2660 Le 27/11/2007 | Partager

    . La politique d’externalisation des compagnies étrangères incriminéeEn ces temps de tensions commerciales, il est difficile de trouver des compagnies européennes implantées en Chine reconnaissant porter une part de responsabilité dans le déficit commercial grandissant de l’Union européenne.Pourtant, en réponse à l’exaspération des Européens, déficitaires d’environ 130 milliards d’euros l’an dernier, la Chine incrimine régulièrement la politique d’externalisation des compagnies étrangères, exportant de son territoire.Selon ses statistiques, les sociétés à capitaux étrangers ont été responsables de 58% du total des exportations chinoises en 2006.Reste à savoir qui sont ces compagnies étrangères exportatrices.«La plupart sont des compagnies asiatiques: coréennes, taïwanaises ou chinoises enregistrées dans les îles Vierges britanniques, les îles Caïmans, etc.», affirme le président de la Chambre européenne de commerce (CEC) en Chine, Joerg Wuttker.«Les compagnies à capitaux européens, américains ou japonais ne représentent que 11% des exportations des 200 plus importantes entreprises exportatrices de Chine», ajoute-t-il.Mais dans sa dernière étude annuelle, la Chambre note aussi que pour environ une entreprise membre sur cinq, «les exportations vers l’Europe constituent une part importante de leur production locale», tandis que 22% ont «pour cibles d’autres marchés asiatiques». Sans préciser si ces estimations tiennent aussi compte du facteur sous-traitance.«Dans le textile et l’habillement, beaucoup de compagnies européennes ne produisent pas via des filiales mais par le biais de sociétés chinoises qui ont la licence, ou de sous-traitants. Leur contribution directe au déficit européen est donc vraisemblablement assez réduite», souligne Steffen Dyck, économiste de la Deutsche Bank à Frankfurt.Globalement, faute de statistiques, «il est difficile de déterminer si les compagnies européennes sont partiellement responsables du déficit commercial de l’UE», ajoute-t-il.Pour les vêtements, à 76% made in Asia, la Chine arrive aussi en tête (23%), comme pour les équipements, dont la Chine fournit 61%.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc