×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Des familles vivent avec seulement 3.000 DH par an

    Par L'Economiste | Edition N°:657 Le 10/12/1999 | Partager

    · 5,3 millions de Marocains vivent en dessous du seuil de pauvreté

    · Le taux de la pauvreté est passé à 19% en 1998/99

    · Les pauvres du rural vivent avec moins de 8,43 DH par jour


    Les chiffres sur la pauvreté sont alarmants. Plus de 5,3 millions de personnes sont au-dessous du seuil de pauvreté(1). Autrement dit, des gens vivent avec moins de 3.922 DH par an dans les villes et moins de 3.037 DH dans les campagnes. Ce qui équivaut à des budgets journaliers de 10,89 DH dans les villes et de 8,43 DH dans les campagnes. En l'espace de 10 ans, le taux de pauvreté a connu un accroissement de 5,9%. Il s'établit à 19% contre 13,1% en 1990/91. «Ce taux de pauvreté correspond au pourcentage de la population vivant au-dessous des deux seuils urbain et rural», souligne la Direction de la Statistique dans sa dernière enquête sur les niveaux de vie.
    Le taux de pauvreté diffère selon la taille des ménages. Il atteint 30,9% dans les ménages de taille élevée (9 personnes et plus), alors qu'il ne dépasse pas 1,8% dans les ménages à taille réduite (1 à 2 personnes). La pauvreté est très répandue parmi les familles où le chef est sans niveau d'instruction (23,2%), alors qu'elle est faible chez les ménages dont le chef de famille a suivi un enseignement secondaire ou supérieur. Le taux de pauvreté varie également selon la situation professionnelle. Il est élevé chez les indépendants (23,9%). Quant aux salariés et les inactifs, ils affichent respectivement des niveaux de l'ordre de 18,5 et 13,3%.

    Le constat n'a rien de nouveau: la pauvreté est surtout présente dans les campagnes. La population pauvre dans les zones rurales s'établit à 3,4 millions de personnes. Les ménages constitués de 9 personnes et plus restent les plus touchés. A ce niveau, le taux de pauvreté s'établit à 37,8%, alors que pour les ménages de taille réduite (1 à 2 personnes), il est de 2,1%. Dans les campagnes les chefs de ménage sans niveau d'instruction représentent la catégorie où la pauvreté sévit le plus (28,9%). Tous niveaux de scolarisation confondus (fondamental, secondaire et supérieur, m'sid et enseignement religieux) le taux de pauvreté varie entre 25 et 23,7%. Si l'on tient compte de la situation professionnelle, les salariés des zones rurales sont la catégorie la plus touchée (35,4%). Pour les indépendants, les autres catégories d'actifs et les inactifs, les taux atteignent respectivement 26,9, 6,6 et 18,4%.
    Concernant le milieu urbain, le taux de pauvreté est également élevé dans les ménages de grande taille (9 personnes et plus) où il s'établit à 21,7%. Selon le niveau d'instruction, le taux de pauvreté est de 16,4% parmi les chefs de ménages qui n'ont pas de niveau scolaire, alors qu'il ne dépasse pas 1% parmi ceux qui ont le niveau d'enseignement secondaire ou supérieur.

    Khadija MASMOUDI

    (1) Le seuil de pauvreté est équivalent au seuil de pauvreté alimentaire majoré par la dépense non alimentaire de ceux qui atteignent effectivement le seuil de pauvreté alimentaire.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc