×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Delta Holding: Les souscriptions aujourd’hui

    Par L'Economiste | Edition N°:2763 Le 24/04/2008 | Partager

    . Suppression du levier: Les analystes partagésEpargnants, à vos marques. La course à la souscription aux actions de la seconde recrue à la Bourse de l’année démarre aujourd’hui. «Compte tenu de la taille et l’attrait de l’opération, il y aura certainement foule auprès des différents syndicats de placement», indique un analyste. La majorité des analystes contactés par l’Economiste ne cachent pas leur enthousiasme, compte tenu de la «bonne santé financière de la société». Et pour cause, Delta Holding réalise depuis 2 ans, près de 29% de croissance annuelle de son chiffre d’affaires. Ce dernier s’établit à près de 1, 6 milliard de DH en 2007, poussé par le pôle infrastructures qui s’en accapare 52%. En terme de rentabilité, le taux de la marge nette ressort à 8,2%, en progression. De fait, le bénéfice net s’élève à 130,3 millions de DH. Sur la période 2005-2007, il s’est apprécié de 34%. En partant de ce constat, «la valeur sera certainement bien suivie», est-il affirmé auprès d’une source bien informée. De plus, pour éviter la sursouscription, les organismes de conseil et coordination ont procédé au tri drastique des spéculateurs. Pour rappel, Attijari Finance Corp et Sogebourse ont prévu une opération sans levier financier. «L’une des premières fois depuis 2 ans, pour une introduction qui frôle le milliard, qu’on prévoit une opération sans levier», est-il souligné auprès d’Attijari Finance Corp. Cependant, «nous sommes sûrs de la réussite de l’opération, malgré l’obligation de payer les 100% à la souscription», affirme Amina Figuigui, directeur des opérations et information au sein du CDVM. S’ajoute à cela, la clause discrétionnaire qui a été introduite pour les personnes morales. Celle-ci leur impose un minimum de 20% en liquide à la souscription (pour les ordres du type V). En dépit de ces caractéristiques, certains traders restent sceptiques. «Même si c’est une bonne valeur, la valorisation n’a pris en compte qu’une décote minimale», explique un autre analyste. Pour lui, la décote offerte, qui varie entre 6 et 11,1%, n’est que conforme à la pratique du marché. C’est également le cas pour le P/E (bénéfice par action), qui tourne pour cette valeur entre 18 et 19. «C’est la moyenne du marché», précise-t-il. In fine, ce dernier considère, que la progression de l’action se situerait au tour de 30%. Loin des 50% des sociétés de taille équivalentes introduites auparavant. Enfin pour d’autres, la restriction induite pas l’inexistence du levier pourrait freiner les ardeurs des particuliers. My Ahmed BELGHITI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc