×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Corruption: Le Maroc s’enlise en 2005

Par L'Economiste | Edition N°:2133 Le 19/10/2005 | Partager

. Il est classé 78e sur 158 pays et n’a obtenu que 3,2/10 . Appel à la création d’une agence de lutte contre le fléau Les résultats de l’Indice de perception de la corruption (IPC) en 2005 viennent d’être rendus publics. Et ils ne sont guère réjouissants pour le Maroc qui n’a réussi à obtenir qu’une note moyenne de 3,2 points sur 10 dans l’échelle de la transparence.Le Maroc occupe ainsi la 78e position parmi 158 pays. Soit le même rang que des pays comme le Sénégal et le Sri Lanka. Les études, réalisées par 8 organismes indépendants sur la base de sondages effectués auprès des milieux d’affaires, des analystes de risques pays, de diplomates et d’universitaires, ont montré que le phénomène de la corruption est encore plus ancré dans les «mœurs» qu’on ne le pense. Après des signes encourageants enregistrés au cours des années 1999, 2000, 2002 et 2003, le classement du Maroc n’a pas cessé de s’aggraver. Du 45e rang en 99, le Maroc se retrouve aujourd’hui au 78e . L’optimisme qui avait caractérisé le début du nouveau siècle n’est plus de mise. Les observateurs jugent, d’ailleurs, préoccupant l’enlisement de la position du Maroc. Enlisement qui s’accompagne d’une note très peu satisfaisante (3,2/10) alors qu’en 2000, il avait réussi à obtenir un 4,7. La corruption n’est pas une fatalité, dit-on. Encore faut-il qu’il y ait une volonté politique de s’y attaquer et de la combattre à tous les niveaux. Il est donc urgent, estime-t-on auprès de Transparency Maroc, que «les pouvoirs publics saisissent la gravité de la situation et ses implications néfastes sur l’accès et la qualité des services publics, l’économie, l’emploi, le niveau d’attractivité économique et l’image du Maroc». Transparency Maroc cite, d’ailleurs, le cas de pays qui ont gagné la bataille qu’ils ont menée contre la corruption. C’est le cas, par exemple, de Singapour et de Hong-Kong, classés respectivement aux 5e et 15e rangs de l’IPC en 2005, qui ont pu, grâce essentiellement à une volonté politique, combattre la corruption et sortir de situations endémiques comparables à celles du Maroc. Il faut donc faire le choix de jouer chacun son rôle dans la lutte contre le phénomène, «même si la responsabilité première incombe aux pouvoirs publics». C’est dans ce sens que l’ONG marocaine estime que Rabat doit ratifier, sans plus tarder, la Convention des Nations unies de lutte contre la corruption, signée en décembre 2003. C’est ce qui lui permettra d’activer les moyens de combattre corrompus et corrupteurs et aussi de mettre en œuvre, de manière concertée, toutes ses dispositions. Pour ce faire, on considère qu’il est plus que temps pour le Maroc de se doter d’une agence de lutte contre la corruption. Elle devra alors bénéficier «de missions et d’une assise juridique claires, de l’indépendance sur le plan des moyens humain, financier et matériel». Ce sont là les seuls gages d’efficacité et de crédibilité qui assureront son succès. Transparency Maroc insiste, en outre, sur l’urgence de «l’élaboration d’une stratégie nationale avec l’adhésion et la participation des citoyens ainsi que la mise en œuvre concertée du Plan d’action de lutte contre la corruption proposé par le gouvernement en juillet 2005».Encore une fois, il faut le dire, la corruption n’est pas une fatalité. Mais, pour réussir tout plan de lutte contre le phénomène, volonté politique et adhésion des citoyens sont nécessaires. Sans quoi, tous les efforts se réduiront à verser de l’eau dans le sable.Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc