×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Comment est pensée la nouvelle structure pédagogique

    Par L'Economiste | Edition N°:756 Le 27/04/2000 | Partager

    . Le préscolaire fait son entrée dans le nouvel édifice

    . La fonction de conseiller d'orientation subira un coup de lifting et prendra plus d'ampleur


    Revue et corrigée, l'école aura désormais une nouvelle structure pédagogique. Celle-ci comporte outre le cheminement classique (enseignement primaire, collégial, secondaire et supérieur), un nouveau cycle: le préscolaire.
    Selon la Charte, cette restructuration sera basée sur les troncs communs, la spécialisation progressive et les passerelles à tous les niveaux. Une fois la généralisation de l'enseignement obligatoire suffisamment avancée, le préscolaire et le primaire ne formeront plus qu'un socle éducatif. Ce sera le primaire, d'une durée de 8 ans, composé de deux cycles. Il s'agit du cycle de base qui regroupera le préscolaire et le premier cycle du primaire et du cycle intermédiaire constitué du deuxième cycle du primaire.
    Même schéma pour le collège et le secondaire, ils constitueront le socle du secondaire d'une durée de six ans, composé du cycle secondaire collégial et du cycle secondaire qualifiant.
    L'un des grands axes de la réforme de l'enseignement est donc la réorganisation pédagogique où chaque cycle aura des objectifs bien précis. De nombreuses innovations sont introduites pour adapter le profil des élèves aux exigences de la vie active. Ainsi par exemple, dès le collège les apprenants pourront s'initier à un métier. Sera en effet introduite au niveau de ce cycle la spécialisation d'un métier, notamment de l'agriculture, de l'artisanat, du bâtiment ou des services, par le biais de l'apprentissage ou de la formation alternée, en fin de cycle, entre le collège et les milieux du travail. L'achèvement de ce cycle sera sanctionné par un brevet d'enseignement collégial (BEC), mentionnant, le cas échéant, le champ d'apprentissage et de spécialisation technique et professionnelle.
    Par ailleurs, la Charte met l'accent sur la rigueur de l'évaluation et des examens d'un cycle à un autre. Ces tests seront normalisés et les quotas, ainsi que des seuils moyens de passage d'un cycle à un autre seront bannis. Autrement, c'est le mérite qui sera consacré.
    La Charte est claire: «L'orientation fait partie intégrante du processus d'éducation et de formation». Elle accompagnera et facilitera les choix éducatifs et professionnels des apprenants ainsi que leur réorientation dès la seconde année du collège et jusqu'à l'enseignement supérieur.
    Autre nouveauté, la fonction du conseiller d'orientation subira un coup de lifting et prendra ainsi plus d'ampleur au sein des établissements. Dans un premier temps, précise la Charte, chaque réseau local d'éducation-formation sera pourvu d'au moins un conseiller d'orientation. A une étape ultérieure, chaque établissement d'enseignement secondaire en sera pourvu. «Chaque conseiller d'orientation disposera d'un lieu et d'outils de travail convenables et bénéficiera régulièrement de la formation continue et du perfectionnement adéquat».
    A terme, sera créée une agence nationale d'évaluation et d'orientation, dotée de l'autonomie technique, financière et de gestion et de la personnalité morale.


    Le calendrier de la généralisation de l'enseignement

    . A partir de la rentrée scolaire de septembre 2002, tout enfant marocain âgé de 6 ans doit pouvoir trouver une place en première année de l'école primaire «la plus proche du lieu de résidence de ses parents, en adaptant spécialement l'école aux conditions particulières du monde rural».
    . A l'horizon 2004, l'inscription en première année du préscolaire sera généralisée. La Charte est claire à ce niveau: le soutien financier de l'Etat se focalisera sur les zones rurales et périurbaines et de manière générale sur les zones de peuplement défavorisées.
    . Aux échéances suivantes, les élèves inscrits en première année du primaire devraient parvenir:
    - en fin d'école primaire pour 90% d'entre eux en 2005;
    - en fin d'école collégiale pour 80% d'entre eux en 2008;
    - en fin d'enseignement secondaire (y compris la formation professionnelle et technologique, l'apprentissage et la formation alternée) en 2011 pour 60% d'entre eux;
    - à l'obtention du baccalauréat pour 40% d'entre eux en 2011.
    «La réalisation de ces objectifs quantitatifs ne saurait être obtenue au détriment de la qualité des enseignements», précise la Charte.

    Meriem OUDGHIRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc