×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Coca/Mondial 2006: Acte II

    Par L'Economiste | Edition N°:2292 Le 07/06/2006 | Partager

    Coca Cola lance, à J-2, la 2e phase de la campagne de communication accompagnant la coupe du monde. Déjà sponsor officiel de la Fifa, la compagnie mise régulièrement sur ce sport depuis plusieurs décennies.Un spot institutionnel avec deux déclinaisons, de l’affichage public et des lots à gagner: tout un package qui sera lancé du 8 juin au 31 juillet. Le spot en dessin animé est conçu avec des techniques 3D très sophistiquées. «Nous parlons tous football», la campagne, au niveau international, table sur l’humour, mais les Marocains restent cependant prudents. La politique du «think global, act local» (penser mondialement et agir localement) si chère à Coca prend ici toute sa mesure. En effet, la compagnie a été obligée d’habiller le spot «afin de respecter la sensibilité de tous les Marocains», affirme Jamila Diani, responsable Communication de la maison.Les téléspectateurs qui ont eu l’occasion de voir ce film sur les chaînes étrangères (avant la disparition du TPS) remarqueront une différence de taille: un amant surpris par le mari dans la chambre à coucher se transforme, par la magie de la PAO, en voleur. Version décidément plus acceptable par le téléspectateur marocain. Un habillage qui a d’ailleurs coûté cher à Coca puisqu’il a fallu amener des spécialistes en 3D de France, d’Italie et d’Espagne. Pour ce qui est du budget de la campagne, conçue par FP7 Mc Cann et réalisée par VDR: motus et bouche cousue. Jamila Diani affirme que celui-ci «est à la hauteur de l’événement», entendez par là la coupe du monde, ce qui laisse présager des sommes plus que conséquentes.Un hic cependant au milieu de cette machine de communication bien huilée. Le suspense entourant la diffusion ou non des matchs par nos deux télés nationales. Bien que Nabil Benabdallah ait été clair sur la question, Coca Cola garde espoir. Il est vrai que la campagne aurait moins d’effet si la firme perdait le bénéfice de la diffusion autour des matchs. La compagnie devra dans ce cas se contenter des rediffusions et des capsules d’information. Coca mise aussi sur la proximité pour toucher le maximum de public, des événements liés au football et à la marque seront organisés à travers le pays le temps de la campagne. A.B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc