×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Cior, Cosumar, SMI, Aluminium: Les dernières recommandations avant résultats

    Par L'Economiste | Edition N°:465 Le 17/03/1999 | Partager

    Avant la série des résultats, les sociétés de bourse donnent néanmoins leurs recommandations.

    · Cior: Sous-pondérer, selon MIT
    Maroc Inter Titres recommande de sous-pondérer le titre Cior. Et pour cause le titre en bourse intègre largement les perspectives de croissance de la cimenterie pour les deux prochaines années.
    En effet, les investisseurs qui espéraient une croissance continue du chiffre d'affaires sont confrontés à "une stagnation du secteur en 1998 et un ralentissement des ventes pour les années à venir", explique une note de MIT.
    Côté chiffres, la société de bourse anticipe un redressement de la capacité bénéficiaire en 1999 et un retour à une croissance normale des bénéfices en l'an 2000 et 2001. Les estimations font ressortir un résultat net de 212,5 millions de DH pour 1999. Concernant les résultats 1998, les analystes tablent sur un résultat net en progression de 19% grâce à une maîtrise des charges d'exploitation, une réduction des prix de l'énergie électrique et à l'absence des frais financiers compte tenu de l'endettement nul de la société.

    · Cosumar: A conserver, dit CDMC
    CDMC (Crédit du Maroc Capital) vient de revoir sa recommandation pour Cosumar. La société de bourse conseille de conserver le titre dans les portefeuilles au lieu d'alléger.
    Justifiant ces propos, les analystes mettent l'accent sur la poursuite des efforts de restructuration et d'optimisation des coûts entrepris par la société, d'autant plus que le cours en bourse a atteint son plus bas niveau historique.
    Les analystes de CDMC prévoient un résultat net de 119 millions de DH.
    Pour cette année, le sucrier devrait améliorer davantage sa rentabilité en raison du dénouement des conflits sociaux et de l'amélioration continue de la productivité. "Nos estimations établies sur des bases prudentes aboutissent à un résultat net de l'ordre de 130 millions", indique la note.
    La société de bourse a par ailleurs rappelé les facteurs qui étaient à l'origine de la chute du cours boursier (absence de visibilité, parachèvement du processus de libéralisation...). Elle estime toutefois que la tendance baissière devrait être modifiée par la publication des résultats 1998.

    · SMI: Recommandation neutre de CFG
    Casablanca Finance Group accorde une pondération neutre du titre SMI.
    Explication: Les analystes font ressortir une décote "justifiée" de 22% par rapport au marché en termes de PER 99E récurrent (PER qui n'intègre pas les dotations et provisions pour la recherche et l'amélioration des gisements). Sur la base du cours au 16 février dernier, Imiter traite à un multiple de 14,5 l'estimation du résultat récurrent en 1999. Selon les analystes, cette décote semble justifiée car:
    - Imiter a historiquement traité avec une décote de 20 à 25%.
    - Une décote plus importante ne tiendrait pas compte de l'amélioration des fondamentaux de la société.
    A moyen terme, la société conserve un potentiel d'amélioration jugé fort. A la clé, économie d'échelle, gains de productivité et maintien des cours de l'argent à des niveaux relativement hauts.
    Concernant les résultats, CFG prévoit une croissance du chiffre d'affaires de 17,4%. "La hausse du cours de l'argent a fortement contribué à cette croissance", explique une étude de CFG. En revanche, le chiffre d'affaires 1999 serait, selon la société de bourse, en légère baisse (-4,1%) en raison de la baisse des cours de l'argent.

    · Aluminium du Maroc: A Sur-pondérer, indique CFG
    Au cours de 302 DH au 1er mars 1999, le titre Aluminium du Maroc traitait à un PER 1999E de 8,4, soit une décote de 55% par rapport au marché.
    "Nous pensons que le titre devrait traiter avec une décote de 40 à 45%", explique CFG dans une note.
    Une telle décote se justifie, selon la société de bourse, par trois éléments:
    - La société devrait voir, à moyen terme, ses marges d'exploitation se réduire, compte tenu de l'avènement du démantèlement douanier;
    - la capacité bénéficiaire de l'entreprise est dépendante du
    cours international de l'aluminium;
    - les actions détenues par le public (2ème ligne) ne donnent pas droit aux
    dividendes de l'exercice 1998.
    Sur la base d'une telle décote (45%) par rapport au marché, la valorisation du titre ressort à 370 DH.
    Par conséquent, CFG conseille de sur-pondérer le titre.

    Yousra MAHFOUD

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc