×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    C'est parti pour la Somaca

    Par L'Economiste | Edition N°:656 Le 09/12/1999 | Partager



    · Le gouvernement compte vendre les 38% que détient le Trésor
    · Le rapport d'audit et d'évaluation sera remis dans un délai n'excédant pas les six mois


    Le compte à rebours pour la privatisation de la Société Marocaine de Constructions Automobiles (Somaca) est enclenché. Le Ministère du Secteur Public et de la Privatisation vient de choisir Ernst & Young pour effectuer l'audit et l'évaluation de l'entreprise. Ce cabinet conseil devra remettre son rapport dans un délai n'excédant pas six mois. Le montant attendu pour cette privatisation sera déterminé à la fin de l'évaluation. Concrètement, le gouvernement compte transférer au privé les 38% que détient le Trésor dans le capital de la Somaca. Les autres actionnaires proviennent du secteur privé. Il s'agit de la SNI (8%) et la société Amalfi (5,54%). Les autres partenaires sont des groupes étrangers: Fiat et Peugeot détiennent chacun 20% et des "divers privés" ont 8,46%.
    Selon le Ministère, les ventes de l'entreprise avaient enregistré un recul dès 1992. Les causes sont multiples: l'impact de la sécheresse sur la consommation, l'augmentation des ventes de véhicules d'occasion et la contrainte budgétaire de l'Administration, principal client de la Somaca.
    La forte progression du chiffre d'affaires en 1996, 413 millions de DH contre 295 millions en 1995, est due au développement des ventes de la voiture économique. La baisse en 1997, à 274 millions de DH, s'explique, essentiellement par la prise en charge par Fiat Auto Maroc de l'importation des CKD et la commercialisation des produits finis. Le chiffre d'affaires (montage à façon) enregistre, par contre, une augmentation de 6,8% par rapport à 1996.
    La Somaca avait démarré le montage de la Uno à partir du dernier trimestre 1995. A travers la convention entre l'Etat et Fiat, le constructeur italien a bénéficié d'avantages fiscaux et de mesures douanières permettant de commercialiser ce modèle dans des conditions tarifaires attractives. L'arrivée de la voiture économique a modifié le paysage automobile marocain. Si la Uno a connu en cours de route un essoufflement, la Palio, particulièrement, a doré les ventes. C'était le nouveau modèle développé en Amérique latine en tant que "voiture mondiale" (versions Palio et Siena) qui a pris le relais de la Uno fin 1997 -début 1998. Les investissements au titre de l'exercice 1997 ont porté sur les équipements génériques relatifs à la nouvelle chaîne Siena/Palio.
    La Somaca est spécialisée dans le montage et la commercialisation des véhicules de tourisme. Elle détient le monopole du montage à façon des modèles Renault, Peugeot et Citroën et l'assemblage des véhicules Fiat. Selon le Ministère de la Privatisation, le marché marocain est actuellement de dimension modeste et largement sous-équipé. Mais à terme, il offre un potentiel de développement.
    Rappelons que la Somaca a été créée en 1958 par Fiat, Simca et l'Etat marocain, avec pour ambition de développer un pôle automobile national s'appuyant sur un transfert technologique progressif.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc