×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    CDG: Les fruits de la diversification

    Par L'Economiste | Edition N°:1676 Le 05/01/2004 | Partager

    . Une année 2003 bénéficiaire en perspective. Cession de certaines participations non stratégiquesGestion dynamique des fonds, diversification de la gamme de produits, promotion de l'épargne... la Caisse de Dépôt et de Gestion reclasse ses priorités. Ainsi, au-delà de la simple gestion des fonds qui lui sont confiés, la CDG a développé un savoir-faire en matière de prévoyance sociale, notamment à travers ses deux organismes, la Caisse nationale de retraite et d'assurance (CNRA) et le Régime collectif d'allocation de retraites (RCAR). La bonne santé financière affichée par la Caisse en dépit de la morosité qui caractérise certains de ses secteurs d'activité est d'ailleurs le fruit de cette diversification. Même s'il est encore tôt pour dégager une tendance, la Caisse sera bénéficiaire en 2003. Rappelons que la CDG, qui s'est fixée des priorités et un nouveau mode de fonctionnement, a mis en place trois axes stratégiques: la mise à niveau et le repositionnement, la diversification et le développement du portefeuille et une meilleure clarification des logiques d'investissement. En revanche, elle envisage un nouveau positionnement dans les secteurs de l'immobilier et du tourisme. Un plan stratégique qui serait en cours d'élaboration, selon Mustapha Bakkoury, directeur général de la CDG, devrait permettre à la Caisse de revoir son périmètre d'intervention dans ses secteurs. Sa présence dans l'immobilier se poursuivra mais avec un changement dans la forme. Pour le tourisme, la direction a d'ores et déjà tranché. La CDG envisage de rationaliser les actifs hôteliers et de se désengager pour le reste. Désormais, son intervention sera focalisée sur la gestion des actifs immobiliers, les montages financiers et les projets d'aménagement. En somme, “continuer à se développer mais dans le cadre de la vocation et des atouts historiques de la Caisse”, a déclaré Bakkoury.Le deuxième axe consiste à redimensionner le portefeuille à travers la cession de certaines participations non stratégiques, le désengagement progressif dans certaines participations et l'ouverture du capital dans certaines filiales de métier. Ainsi, la CDG compte également promouvoir et créer des fonds de capital qui deviendront en fait ses principaux véhicules d'investissement.Actuellement, l'encours des portefeuilles gérés par la CD2G s'élève à plus de 70 milliards de dirhams, dont 10 milliards gérés sous-forme d'OPCVM. La gestion des actifs de la CDG est assurée par CD2G qui est situé au 3e rang des sociétés de gestion en termes d'actifs. Elle gère en tout 16 OPCVM pour un actif net total de 10 milliards de DH.Ces fonds se décomposent entre fonds provenant de la CDG (clientèle réglementée ou volontaire) pour 33 milliards et, pour quasiment le même montant, fonds des Organismes gérés (RCAR et CNRA). Le reliquat trouve son origine dans des fonds concurrentiels collectés à travers CD2G.Le portefeuille propre de la CDG de 30,5 milliards de DH est placé sur le marché obligataire à hauteur de 98,2%. Le reste est investi en actions. Quant aux portefeuilles des Organismes gérés, ils totalisent 33,2 milliards de DH placés à hauteur de 87% sur le marché obligataire, 8% en parts d'OPCVM et enfin 5% en risque actions. Avec 29,9 milliards de DH, le portefeuille obligataire de la CDG est subdivisé en trois sous portefeuilles qui sont gérés de manière différente en fonction des objectifs assignés. Ainsi, deux d'entre eux (Investissement et Placement) relèvent de la direction Asset Management. Celui des Transactions est géré par la direction des Activités de marché. Avec 31 milliards de DH, le portefeuille du RCAR représente à lui seul 93,4% du total des portefeuilles des Organismes gérés, dont 86% investi sur le marché obligataire et 5,6% en risque actions. “L'ambition de la structure activités de marché est d'être un acteur incontournable, en tant qu'intermédiaire, sur les marchés des capitaux dans tous leurs compartiments”, est-il indiqué auprès de la CDG.A travers cette structure, la Caisse est aujourd'hui l'un des principaux Intermédiaires en Valeurs de Trésor (IVT), avec une part de marché sur le primaire de 30% (plus de 19,5 milliards de DH souscrits par la Caisse pour son compte propre et celui de sa clientèle). Elle est aussi très active sur le marché secondaire des bons du Trésor et assure, par le biais de cotations régulières sur le réseau Reuters, la liquidité sur ces titres ainsi que sur certaines émissions privées. Elle intervient également sur les marchés monétaires que ce soit à travers l'interbancaire ou le marché des Repo, et celui de la Bourse. Dans le domaine de la dette privée, la Caisse a diversifié ses activités pour englober, outre l'origination et la syndication au niveau du marché obligataire, le Conseil et “l'Origination Actions”. Cette activité permet à la Caisse de développer un important courant d'affaires avec différents établissements publics et privés, qui s'est soldé par la signature de plusieurs mandats. Fédoua TOUNASSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc