×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca
L’école Massignon ouvre un autre site à Aïn Sebaâ

Par L'Economiste | Edition N°:2314 Le 07/07/2006 | Partager

. Le projet d’extension suscite la colère des parentsA la rentrée 2007, les étudiants de secondaire de l’établissement Louis Massignon à Casablanca seront transférés à Aïn Sebaâ, sur un terrain mitoyen avec la prison Oukacha. Plus de place pour eux sur le site d’Anfa, l’école croule sous les demandes d’inscription. Et bien que la majorité des parents n’expriment aucune hostilité au projet, la délocalisation suscite la colère d’un bon nombre de familles qui refusent et la décision et la manière dont elle a été prise. Celles-ci affirment, en effet, n’avoir jamais été consultées. Tout simplement «informées». La direction de l’établissement estime, elle, que les parents n’ont pas à intervenir quant aux implantations de l’école. «Ce sont des décisions qui sont prises à Paris, et moi-même, je ne suis qu’exécutrice», indique Marie-Anne Peric, proviseur de l’établissement. Elle indique quand même que le déplacement devrait bénéficier aux élèves puisque les conditions de sécurité, de restauration et d’équipement seront améliorées… Les étudiants qui demeureront sur le vieux site n’ont qu’à prendre leur mal en patience! Les motifs de protestation des parents, eux, ne sont nullement pris en compte, ni l’éloignement du site ni le déplacement forcé des élèves. En tout cas, pour la direction, aucun dialogue avec les parents n’est envisageable, la décision est d’ores et déjà prise et aucun retour en arrière n’est possible. Les parents ne peuvent que subir le changement. L’opposition des parents ne sera ainsi pas prise en compte ni la pétition comptant plus de 400 signatures qu’ils font valoir. La proviseur déclare d’ailleurs que seulement 92 parents sont réticents et estime qu’il s’agit, pour le reste, de fausses signatures. A noter que le projet d’extension date de plusieurs années. «Des pressions de très haut niveau», dit-on à la direction de l’établissement, voulaient que le groupe élargisse ses capacités. Peric explique qu’après plusieurs tentatives d’acquisition de terrain, le projet a été abandonné vu son coût élevé. Elle avait même avancé, lors d’un conseil d’établissement en mars dernier, que «si le Maroc voulait un nouvel établissement, il fallait qu’il donne un terrain».Finalement, les événements ont pris un autre cours avec l’intervention de la Chambre de commerce française, qui, contactée, ne veut pas se prononcer sur le projet. Celle-ci avait annoncé sa volonté de développer un campus à Aïn Sebaâ, qui comprendrait ses propres établissements et les nouvelles structures de Massignon.A signaler que l’enseignement français au Maroc est très sollicité. Sur les 1.600 étudiants de Louis Massignon, 95% sont Marocains. Ce système est assuré au Maroc par deux institutions. L’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger) qui dépend de l’Etat français et l’OSUI (Offre scolaire et universitaire internationale). Cette dernière a été sollicitée suite à l’augmentation de la demande au Maroc, surtout que son système d’autofinancement dispense l’ambassade d’investir sur l’élargissement des capacités des écoles de l’AEFE. L’affluence grandissante est en partie due à un retour massif des ressortissants marocains à l’étranger qui ont automatiquement le droit d’intégrer les établissements de l’AEFE. Ceux-ci acceptaient donc de moins en moins de Marocains qui, par conséquent, se tournent vers l’OSUI.Ichrak MOUBSIT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected].com
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc