×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Casablanca a son cybercafé : L'immersion dans Internet à prix très raisonnable

Par L'Economiste | Edition N°:243 Le 15/08/1996 | Partager


Ceux qui ne sont pas équipés d'un ordinateur, d'un modem et d'Internet peuvent désormais accéder au réseau mondial à Casanet, le premier cybercafé de Casablanca. Au Boulevard Abdelmoumen, une quinzaine d'ordinateurs permettent de naviguer sur le Net toute la semaine.


M. Fayçal Tazi ainsi que trois ingénieurs marocains en informatique débarquant d'Oslo sont à l'origine de la création de ce café électronique il y a un mois. Mettant en vedette Internet pour la somme de 30DH l'heure, Casanet (à la fois cybercafé et fournisseur d'accès marocain), offre un espace propice à l'initiation au réseau des réseaux: la qualité de l'assistance du personnel qui manipule le jargon informatique en connaissance de cause en atteste. De plus, des guides d'utilisation d'Internet et un répertoire des 500 meilleurs sites permettent aux nouveaux usagers de se sentir moins désarmés face à l'araignée électronique. Ils ont également à leur disposition un système incorporé d'apprentissage et d'introduction à Internet.

L'usage d'Internet est assorti en tout temps de la supervision de cinq assistants. Comme le souligne M. Tazi, cogérant du cyberespace, "l'objectif de l'entreprise est avant tout de vulgariser Internet. On doit donc prendre en considération le pouvoir d'achat ici, surtout celui des étudiants".
Ces jeunes entrepreneurs marocains nourrissent l'ambition première de faire accéder les lycéens, étudiants et professionnels à l'ère de l'information électronique. La décoration est pour l'instant accessoire, le temps pour eux de rentrer dans leurs comptes. Notons qu'ils ont investi 1,2 millions de DH pour ce projet sans recours au crédit et tournent avec leurs propres fonds. Ils s'acquittent par ailleurs de 14.000DH par mois à l'ONPT.

Etendre et banaliser Internet


L'initiative de cette société donnera probablement lieu à la création d'autres espaces cybernétiques. Ceci favorise l'intégration du Maroc dans le cybermonde et l'élargissement de la présence marocaine sur Internet, d'autant plus que Casanet, vu l'intérêt des consommateurs, s'apprête à offrir la possibilité de réaliser des pages Web, et donc d'aiguillonner la promotion du Maroc à travers le monde. "Grâce à notre serveur, nous espérons promouvoir le Maroc à l'échelle internationale, en fournissant aux étrangers un meilleur système d'information sur le tourisme et les affaires pour qu'ils sachent à quelle porte taper avant même leur arrivée. Il faut également que Casanet soit utile pour les Marocains, c'est pourquoi nous comptons y inscrire les heures d'arrivée et de départ des trains et des avions, les services des hôtels, ce qui nous permettra par la même occasion de réaliser des profits publicitaires".

La recherche d'informations sur les universités, le flânerie au gré des liens et les jeux Nintendo (dont les adolescents sont friands) représentent les usages les plus communs, selon M. Tazi, qui accueille en ce mois d'août 12 personnes par jour. Lecture de magazines, messagerie électronique et interaction avec des internautes branchés partout dans la planète sont à la portée des doigts. Un CD ROM multimédia, réalisé par la compagnie en Norvège, offre un apprentissage de l'anglais.

Casanet en gestation


Mais les groupes de discussion, au nombre de 13.000 à travers le monde, ne sont pas encore fonctionnels, et ce chez l'ensemble des 18 serveurs du Maroc. Il faut reconnaître qu'Internet n'en est qu'à ses premiers balbutiements ici, des utilisateurs américains l'ayant apprivoisé depuis les années 80. C'est pourquoi les ordinateurs multimédia se limitent à trois pour le moment. A noter également deux inconvénients potentiels: un système de téléchargement extrêmement lent et un embouteillage courant à mesure que les utilisateurs se branchent. Mais M. Tazi assure qu'une ligne additionnelle sera installée dès que Casanet aura atteint le cap des 200 abonnés (son objectif à court-terme) "afin de garantir à notre clientèle un service satisfaisant".

Peut-on parler d'un cybercafé? Sur ce point, l'endroit branché qu'on nous fait miroiter mérite quelques tableaux ou affiches sur des murs résolument blancs; les ampoules électriques devraient être revêtues d'un quelconque chapeau, ce qui conférerait au lieu une allure moins triste et délierait peut-être les langues des utilisateurs emprisonnés dans un silence digne des bibliothèques.

L'abonnement pour une heure de 30 DH est moindre par rapport aux tarifs de Paris et Montréal. Il ne devrait pas subir de hausse. L'abonnement mensuel est de 300 DH, à raison d'une heure d'utilisation par jour, ou plus si des ordinateurs sont vacants. Pour les simples férus du courrier électronique, il ne leur en coûtera que cent DH par mois, toutes taxes comprises.

Par ailleurs, les particuliers déjà équipés en logistique informatique peuvent s'abonner pour le montant mensuel de 300 DH HT, de 19h à 8h. Les professionnels qui jouissent d'un temps de connexion illimité paieront cinq cents DH par mois HT. Aux coûts de ces deux catégories s'ajoute la facturation de l'ONPT de 0.80 centimes toutes les deux minutes indivisibles, ce qui équivaut à une trentaine de DH l'heure.

Yasmine EL HAMAÏ





  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc