×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Le tourisme d'affaires se tasse en été : Casablanca en quête d'un tourisme de séjour

Par L'Economiste | Edition N°:243 Le 15/08/1996 | Partager


Casablanca reste une ville pour le tourisme d'affaires. Elle n'est pas à même d'attirer le tourisme de séjour.


Cet été, le tourisme à Casablanca est caractérisé par l'afflux des familles arabes en provenance du Moyen-Orient. Ce type de tourisme est venu se substituer à celui des ressortissants célibataires des pays arabes en quête de loisirs. Ce changement a permis à plusieurs hôtels d'améliorer leur image de marque. Ce tourisme familial se développe surtout pendant les vacances d'été et les vacances scolaires. Les hôtels ont d'ailleurs développé des formules pour accueillir cette clientèle telles que le "summer holidays".

En outre, Casablanca connaît le développement d'un tourisme de séjour récent au Maroc. Il s'agit du tourisme israélien. M. Saïd Kerdoudi, directeur commercial et de marketing à l'Hôtel Safir, souligne que ce type de tourisme est à l'heure actuelle en pleine expansion. L'année précédente a enregistré un nombre plus élevé de ce type de touristes. Ce sont les israéliens d'origine marocaine qui s'intéressent le plus à Casablanca. Ils y viennent pour visiter les quartiers leur rappelant leur jeunesse ou leur enfance. Par conséquent, ils y restent plus que ceux qui viennent pour la première fois. Cette dernière catégorie de touristes utilise la ville comme celle de passage. Ainsi, la moyenne des nuitées pour ces touristes se situe entre 1,5 et 2. Si Casablanca n'excelle pas pour le tourisme de séjour, elle constitue la destination principale des hommes d'affaires. Cependant, elle dispose d'un nombre assez important d'atouts qui pourraient faire d'elle une ville de tourisme de séjour. En effet, plusieurs monuments se trouvent à Casablanca, notamment le Quartier des Habous et l'ancienne médina qui a gardé des traces du passage des Espagnoles et des Français. La Grande Mosquée Hassan II constitue à elle seule un monument qui peut attirer des visiteurs du monde entier. En outre, les plages de Casablanca pourraient contribuer au développement de ce genre de tourisme. Pour cela, il faudrait mieux les entretenir.

En ces mois de juillet-août, le tourisme d'affaires est au calme. Ce genre de tourisme se développe dans la période s'étalant entre le mois de septembre et la mi-décembre pour reprendre ensuite à partir du mois de janvier et se poursuivre au mois de juin. Les hôtels les plus sollicités par ce type de clientèle sont les hôtels 4 et 5 étoiles. Ces derniers adaptent leurs produits aux besoins de cette catégorie de clients qui reste prédominante. Pendant l'été, la baisse de ce tourisme est compensée par le tourisme national et celui des Arabes.

Si l'on compare les deux catégories de tourisme, le nombre des touristes de vacances reste encore assez faible en comparaison avec celui des hommes d'affaires. Les touristes ne transitent par Casablanca que parce qu'elle constitue le centre du réseau aérien.

Prépondérance des Français


Au cours de 1995, les arrivées les plus importantes en été ont été celles réalisées durant le mois d'août. Pour le reste de l'année c'est au mois d'avril qu'elles ont été importantes. Ces arrivées ont respectivement été de 36.150 et 35.370. De même, le nombre de nuitées réalisées dans les hôtels classés a été plus élevé au niveau de ces mêmes périodes. Ce nombre est de 74.511 pour le mois d'avril et 87.855 pour celui d'août. Le mois de juillet a enregistré un nombre de 32.752 arrivées seulement mais les nuitées, elles, étaient plus importantes que celles du mois d'avril.

Le tourisme national représentait en 1995 25,95% du total du tourisme à Casablanca. Les arrivées ont atteint un niveau très élevé en mars, avril et juin. Cette augmentation est due aux vacances. Cependant, les nuitées, elles, ont été plus importantes au cours des deux premiers mois de l'année.

Au niveau du tourisme international, le premier semestre de l'année 1996 a enregistré le plus d'arrivées aux mois de mars et avril. Le nombre le plus élevé a été celui réalisé au mois d'avril avec 27.049 entrées. D'où une progression de 8,07 par rapport à l'année dernière. De même, les nuitées avec 60.073 au mois de mars. Cette augmentation est due à celle des touristes français. Cependant, celle-ci a été associée à une diminution importante du nombre des touristes suédois. En effet, la France reste en tête de liste des pays émetteurs. Les touristes en provenance de ce pays ont constitué 19,41% du total des nuitées. Le deuxième rang est occupé par les pays arabes avec un taux d'arrivées de 13,34%, suivis des Maghrébins, des Espagnoles et enfin les Italiens qui viennent en cinquième position avec un taux d'arrivées de 5,03%. Sur la période s'étalant entre les mois de mars et de mai, le nombre de touristes européens a augmenté, notamment celui des touristes français.

Le tourisme maghrébin, lui, a enregistré en 1996 un nombre élevé au mois de mars avec une majorité des touristes tunisiens. Quant aux nuitées, elles ont atteint leur maximum au mois de janvier, soit 6685. Le tourisme maghrébin a subi une régression en passant de 7,75% en 1995 à 6,06% en 1996. Cette diminution s'explique par celle des nuitées associée à celle des arrivées.
Le tourisme arabe a été plus important aux mois de janvier, mars et juin avec une prépondérance des touristes saoudiens. Cette augmentation a été relevée aussi bien au niveau des arrivées que des nuitées.

Rafik IKRAM
& Asmaa OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc