×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Casablanca: Sit-in devant l’ONE

    Par L'Economiste | Edition N°:1987 Le 28/03/2005 | Partager

    . Les manifestants accusent l’Office de licenciement abusif. Ce dernier confirme n’avoir aucun lien direct avec euxD’anciens agents d’entretien et de nettoyage à l’Office national d’électricité (ONE) tiennent un sit-in depuis lundi 21 mars, devant l’unité des Roches Noires à Casablanca.Ils accusent l’Office de licenciement abusif à leur égard. Selon Mounassir Mohammed, délégué syndical, les manifestants, environ 140 personnes au total, sont d’anciens employés dans les différents sites de l’ONE, au niveau du Grand Casablanca. “Certains d’entre eux travaillent à l’Office depuis 1975. Cependant, ils ont toujours été gérés par des sociétés privées”, confirme-t-il. La dernière était la société Atlas Service et Entretien dont le contrat a expiré le 28 février 2005. Une autre société, Eurest Santé, a pris le relais, mais sans aucun engagement pour les 140 anciens employés. “Depuis le 15 mars 2005, les anciens agents ont été interdits d’accès aux différents sites de l’ONE”, avance Mounassir. La nouvelle société a installé ses propres agents. “L’Office n’a jamais eu aucun lien direct avec ces gens. Ils travaillaient dans nos locaux, par le biais d’une société. C’est un contrat qui entre dans le cadre de l’externalisation de certaines prestations”, explique Ryad Jerjini, directeur de la communication et de la coopération de l’ONE. Selon ce dernier, les marchés sont lancés d’une manière régulière par le biais d’appels d’offres. L’ancienne société a participé au concours, mais elle n’a pas été retenue. La nouvelle société a apporté son propre personnel.“Les accusations sont non fondées et ce sit-in est une sorte de pression que ces personnes essayent d’exercer sur l’Office pour avoir un emploi à l’ONE. Chose inacceptable et qui ne peut, en aucun cas, être admise”, ajoute Jerjini. De son côté, Mohamed El Gasmi, de la société Atlas Service et Entretien, souligne que, contrairement à son cas, l’ONE n’a pas exigé d’Eurest Santé de s’engager à recruter l’ensemble de ce personnel. “Aujourd’hui, les sociétés ne répondent plus aux appels d’offres à cette condition”, explique Abdelouhab El Fatihi, chef de la division administration du siège à l’ONE. Selon ses dires, les sociétés ne veulent plus avoir la contrainte de prendre un personnel qu’elles ne connaissent pas, qui a un héritage du passé et qui pourrait ne pas réagir positivement à la discipline instaurée et aux contraintes de productivité qui lui seront imposées par un nouvel employeur. “Cependant, et dans l’objectif de trouver une solution à ce problème social, Eurest Santé s’est engagée à examiner certains cas pour les recaser dans d’autres chantiers”, confirme El Fathi. Par ailleurs, les responsables ont montré leur satisfaction des prestations d’Eurest Santé. Apparemment, à l’ONE, le rendement est le maître mot. Il prime sur toute autre considération. Mohamed AKISRA

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc