×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Affaires

    La responsabilité des médias à la loupe

    Par L'Economiste | Edition N°:1987 Le 28/03/2005 | Partager

    . Ils ont aussi une mission pédagogique . La presse quasi seule à alimenter le débat politiqueRibat Al Fath pour le développement durable a choisi un thème d’actualité pour sa 3e rencontre scientifique tenue dernièrement à Rabat: rôle et responsabilité des médias. D’emblée, Wilhelm Staudacher, secrétaire général de la fondation Konrad Adenauer, coorganisatrice de la manifestation, a élevé le niveau du débat. Les médias ne se contentent plus de parler de la politique. Ils la font. Pour convaincre, il a donné plusieurs exemples allemands. Nabil Benabdallah, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a livré sa vision sur la question. Pour lui, la presse joue un rôle important dans la construction de la démocratie. Après un détour par l’histoire de la presse partisane, il est revenu sur le secteur privé. Indépendant ne veut pas dire grand-chose puisqu’on est toujours dépendant d’un parti, d’une idéologie ou d’un groupe économique privé, a dit en substance le ministre. En fait, le ministre préfère parler de l’émergence de quelques volontés pour faire une presse d’information. Celle-ci doit être forte et structurée économiquement. Le ministre est intéressé: il veut lui faire remplir une mission pédagogique et de mobilisation pour affronter les défis de la pauvreté et de l’analphabétisme qui frappent le pays. Il va jusqu’à affirmer que liberté de presse et pédagogie vont ensemble. Le secrétaire général de la Fondation n’est pas du même avis. Pour lui, il ne faut pas charger les médias ni les diaboliser. Ils font partie de la démocratie.Quant à Abdelmounaïm Dilami, président de la Fédération des éditeurs de journaux (FEJ), il est allé à l’essentiel: la presse est quasi seule à alimenter le débat politique. Il va plus loin en voulant poser le débat dans d’autres termes. La notion de démocratie doit-elle être réservée à une élite, une classe,… ou à l’ensemble de la société? Pour le président du groupe Eco-média qui édite L’Economiste et Assabah, ce choix n’est pas encore fait. Comment peut-on parler de responsabilité de la presse lorsque le jeu politique est entre les mains d’une élite de la société?Autre point abordé, le débat sur la responsabilité de la presse doit être situé dans le décalage de la loi par rapport à la réalité. «On considère à tort qu’on bénéficie d’une grande liberté de presse. L’Etat de droit exige de recadrer la loi», dit en substance Dilami. Celle-ci n’a plus d’effet si elle est dépassée. Il donne l’exemple du consensus rappelé au cours des assises sur la presse: la révision du code de la presse dans notamment ses aspects de peines privatives de liberté. Sur ce dossier, il est impératif d’aller vite si on ne veut pas laisser ces marges de non-droit se développer. En tout cas, la FEJ a décidé de prendre l’initiative. Elle assumera ses responsabilité vis-à-vis des actionnaires et des lecteurs en cas de dérapages. «Ces responsabilités ne doivent pas être prises à l’égard du pouvoir qui change mais par rapport aux choix fondamentaux de la société», précise Dilami.Il a soulevé également la responsabilité économique des entreprises de presse qui travaillent au noir. Cette partie échappe au contrôle des pouvoirs publics qui font assumer tout aux entreprises organisées.


    Expérience allemande

    Les politiques passent par le tremplin des médias. Ces derniers permettent aux politiques de se mettre en valeur. Cependant, cette relation a été travestie au point que les médias sont devenus des acteurs politiques. En voulant remédier à cela, des politiques ont créé des infrastructures de communication. M. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc