×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Pourparlers autour de l’ancien marché de gros

    Par L'Economiste | Edition N°:1987 Le 28/03/2005 | Partager

    . Le Conseil de la ville veut une solution à l’amiable avec D.Im.Co. Pas de Marjane à la place du centre commercial inachevéCela fait deux ans que le projet de reconversion de l’ancien marché de gros de Casablanca traîne. Un scénario qui était prévisible vu les zones d’ombre qui entouraient le bon respect du cahier des charges par la société Développeur Immobilier Commercial (D.Im.Co). Rappelons que l’affaire date du temps de Abdelmoghit Slimani qui a “bradé” la transaction. Voilà qui explique en partie le revirement de situation et le manque de sérieux qui a entaché le projet. Aujourd’hui, le Conseil de la ville est en pourparlers avec la société pour qu’elle se désiste du projet. “Nous sommes en période de négociation pour trouver une solution à l’amiable avec la société”, dit Mohamed Sajid, maire de Casablanca, qui qualifie l’affaire de problématique. D’autres vont jusqu’à taxer la société en question de non performante. Les négociations peuvent butter sur le volet financier. Car même si la société n’a pas respecté ses engagements avec l’ancien Conseil communal des Roches Noires, notamment en ce qui concerne les délais, elle a engagé des investissements conséquents. Des travaux qui se chiffrent en plusieurs millions de DH. Le Conseil de la ville négocie aujourd’hui sur deux fronts. D’abord, arriver à un arrangement avec D.Im.Co et ensuite s’atteler sur les scénarios de reconversion de cette grande bâtisse de 4.000 m2. Le Conseil de la ville est aujourd’hui à la recherche d’opportunités valables en vue de valoriser cet espace. Selon les informations que L’Economiste a pu filtrer, Sajid écarte le scénario d’un Marjane ou d’une salle omnisports. Le maire de Casablanca reste toutefois ouvert à toutes les propositions. “Nous voulons professionnaliser l’opération pour faire de l’ancien marché de gros un projet à la hauteur du développement que connaît la ville”. Sajid n’en dira pas plus. Il motive sa discrétion par l’impératif de retenue qu’un tel dossier exige. Dans une tentative d’y voir plus clair, le président du Conseil de la municipalité des Roches Noires est resté pratiquement injoignable. Signalons que Mohamed M’jid, président de la Fondation M’jid, avait toujours proposé que ce grand espace de Belvédère soit transformé en une salle omnisports pouvant réunir plus de 14 disciplines. Un souhait qui devait être en partie exaucé. Car selon les termes du contrat amélioré avec D.Im.Co, ce dernier s’est engagé à financer une salle de sport d’une valeur de 2 millions de DH. En effet, le contrat a été amélioré, car l’ancien conseil communal des Roches Noires avait négocié une hausse du prix de location du “centre commercial” de 1 à 1,4 million de DH. Le hic est que ce même conseil avait émis des doutes quant à la bonne marche du projet. Les responsables craignaient que D.Im.Co soit plus sollicitée par ses projets en Tunisie, Liban, Turquie et même en Pologne, Italie ou en Espagne. Mostafa BENTAK

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc