×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Casablanca: Les chantiers prioritaires de Sajid

    Par L'Economiste | Edition N°:1911 Le 07/12/2004 | Partager

    . Elargissement de la gestion déléguée aux gravats de construction. Mettre de l’ordre dans l’affichage publicitaire Le président du Conseil de la ville de Casablanca a exposé ses priorités les plus urgentes pour la métropole. C’était lors d’une rencontre organisée par la Chambre suisse du commerce en fin de semaine dernière. Ayant toujours privilégié la communication, Mohamed Sajid a dévoilé les chantiers en cours et les centres d’intérêt de la Commune urbaine de Casablanca.En fait, les fronts d’attaque sont nombreux et les priorités se bousculent. Et la propreté de la ville reste la préoccupation numéro un du maire. Il veut débarrasser Casablanca de tous ses déchets. Le tour est donc venu pour les déchets verts et les gravats de construction: «La gestion déléguée de la collecte des ordures ne prend pas en charge les gravats de construction et les déchets verts. Conscient de cette lacune, on est en train de réfléchir à la manière de les intégrer aux charges des adjudicataires de la collecte. On en est à la discussion des avenants complétant le cahier des charges». Il s’agit aussi de trouver des sites appropriés pour ce genre de déchets. Ces derniers ne sauraient être jetés pêle-mêle avec les déchets ménagers. Toujours en matière de propreté, le maire annonce qu’une nouvelle décharge est pour bientôt. Le site étant déjà localisé, une équipe est en train d’élaborer le cahier des charges pour en confier la gestion à des opérateurs privés. Le maire est aussi prêt à partir en guerre contre la pollution sonore et visuelle. Et Sajid de donner l’exemple du système d’affichage qu’il qualifie «d’anarchique et d’agression aux habitants de la cité blanche». Outre leurs méfaits esthétiques, les panneaux publicitaires sont «source d’insécurité au niveau des croisements car ils obstruent la vue». L’autorité élue de Casablanca reconnaît toutefois qu’il s’agit d’un terrain miné, tant les enjeux économiques et financiers sont consistants. Mais les obstacles sont aussi juridiques: l’exploitation temporaire du domaine communal à des fins publicitaires est désormais un droit acquis. «Ce n’est pas facile de résoudre ce casse-tête. Les autorisations d’affichage délivrées par les ex-communes dépassent, dans certains cas, 20 ans», renseigne Sajid. Mais le Conseil de la ville est déterminé à y mettre de l’ordre. «Une équipe est en train d’instruire cette problématique sur les plans économique et juridique”, a-t-il annoncé. D’ailleurs, une circulaire du ministre de l’Intérieur, datant de juin 2003, a ordonné aux walis et gouverneurs des préfectures et provinces de «veiller personnellement à l’exécution des présentes instructions» et de rendre compte des mesures qui seront prises à cet effet. Il s’agit de geler les autorisations d’implantation, en attendant une adaptation de la réglementation de ce secteur. Mais aussi de démanteler tous les panneaux en situation irrégulière. L’enquête effectuée par le ministère a révélé que près de la moitié des panneaux sont en situation irrégulière.


    Hôtel Lincoln: Fin de la mort lente?

    «Nous travaillons en collaboration avec des architectes marocains et étrangers en vue de préparer un cahier des charges. Notre objectif est d’abord de consolider et de réhabiliter l’hôtel Lincoln en attendant sa ré-affectation», affirme Sajid. Et d’ajouter que «l’hôtel ne saurait être dans cet état si les décisions qu’il fallait prendre ont été prises à temps». Bien plus, le programme du maire est beaucoup plus ambitieux. Il vise à réhabiliter tout le boulevard Mohammed V. Et ce sera un soulagement tant attendu pour les habitants et les commerçants. Ali JAFRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc