×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Fès: Le CRI renforce le processus de mise à niveau

    Par L'Economiste | Edition N°:1911 Le 07/12/2004 | Partager

    . L’initiative a bénéficié à plusieurs entreprises. Les autorités en ont fait leur cheval de batailleCertes, la mise à niveau par définition est un facteur endogène à l’entreprise. Lequel facteur met en relief et à contribution ses avantages compétitifs et comparatifs sur un fond de maîtrise des ratios internes de rentabilité. “Cependant, l’entreprise évolue au sein d’un environnement marqué par des effets positifs ou pervers, générant des goulots d’étranglement ou une évolution s’inscrivant dans une dynamique de croissance ou une posture de stagnation”. C’est ce qu’indique l’animateur des rencontres sur l’investissement, Abdou Jouahri. Ex-chef d’entreprise, consultant en économie, professeur, chercheur et membre actif de la commission de réflexion du Centre régional d’investissement de Fès (CRI), Jouahri réagit souvent sur le dossier de la mise à niveau. Selon lui, “le constat après une mauvaise assimilation du premier démantèlement douanier sur les matières premières et intrants, et une riposte relativement amorphe face au second démantèlement douanier sur le produit fini, dégage une inhérence entre l’aspect endogène de la mise à niveau et l’aspect exogène. Ceci du fait que les mesures d’accompagnement et la recherche de l’alignement compétitif avec la concurrence consacrent cette liaison nécessaire. Dans sa lecture de l’environnement complexe de la mise à niveau, Jouahri souligne que l’adhésion volontaire et volontariste de l’entreprise au processus de mise à niveau et notamment le diagnostic stratégique est un passage vital permettant à un regard expert extérieur et neutre d’apporter à l’entreprise une vision et une introspection objective et pragmatique. C’est d’ailleurs dans ce sens que le CRI Fès-Boulemane a invité les entreprises en difficulté à rejoindre la caravane de la remise en forme. En effet, au bout de ses deux années d’existence, le CRI a fait un grand trajet dans le processus de mise à niveau. Lequel processus s’est articulé autour de trois volets, à savoir l’appui aux entreprises en crise, l’accompagnement du programme national de mise à niveau et la participation à l’opération de réhabilitation des structures d’accueil et d’amélioration de l’environnement. “Dès son lancement en avril 2003, le chantier de mise à niveau des entreprises de la région Fès-Boulemane a connu un franc succès. Le wali de la région, Ahmed Arafa, l’a pris en main et en a fait l’une de ses priorités”, explique Fouad Ouzzine, directeur du CRI. Et d’ajouter qu’une commission préfectorale se penche sur le dossier. D’autres commissions spécialisées examinent la situation des entreprises, selon la nature des problèmes (technique, financier, social). Sur un total de 28 unités industrielles qui ont bénéficié du processus, 15 cas nécessitaient une intervention d’urgence. Une présentation au financement bancaire s’est effectuée pour 27 entreprises, dont 13 ont eu le financement désiré soit plus de 35 millions de DH. Par ailleurs, le CRI est intervenu pour ré-échelonner des dettes CNSS pour 6 unités employant plus de 840 ouvriers. Il a notamment résolu 3 contentieux avec la douane, 5 avec les impôts et 9 conflits sociaux.


    Accompagnement

    Le Centre a également encadré l’appui au programme pour la promotion de la qualité pour 11 entreprises. Il a aussi appuyé le programme des contrats spéciaux de formation pour 30 entreprises et pour 4.200 participants. Un suivi du soutien du Fonds Hassan II pour le développement économique et social a bénéficié à 6 entreprises pour un montant de 88 millions de DH. “Nous avons également aidé 13 unités dans leur introduction et accompagnement au diagnostic stratégique, réalisés gracieusement par le cabinet KPMG, dans le cadre de la coopération entre la région de Fès-Boulemane et la région de la Lorraine”, conclut Ouzzine.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc