×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: Casse-tête pour le ravalement des façades

Par L'Economiste | Edition N°:1768 Le 14/05/2004 | Partager

. Campagne pour inciter les propriétaires d’immeuble à s’impliquer. Texte caduc et propriétaires récalcitrants rendent l’opération délicateUne opération de ravalement des façades vient d’être initiée dans la métropole. Elle concerne toute la ville et le suivi est assuré par la wilaya. L’opération est encore à sa première phase: inventorier les bâtiments vétustes et les façades qui nécessitent un entretien. Parallèlement, les agents d’autorité mènent une campagne de sensibilisation. Concrètement, ils essayent de convaincre, par contact direct, les propriétaires à repeindre les façades de leurs immeubles. Les fruits de cette première action se font déjà sentir. Bon nombre de travaux de ravalement sont en cours en particulier aux Boulevards Zerktouni, de la Résistance, d’Anfa … . Au total, 37 immeubles se sont remis en état dans la dernière moitié du mois d’avril grâce à cette campagne de sensibilisation. Pour les propriétaires indifférents, les agents de la wilaya comptent leur adresser officiellement un courrier. «On enverra quelque 600 mises en demeure et on table sur 400 réponses positives», souligne un responsable local. Au niveau de la commune Sidi Belyout par exemple, ce sont surtout le centre ville et l’ancienne Médina qui concentrent les bâtiments vétustes. «La saison estivale est la période propice pour les opérations de ravalement», explique-t-on auprès de cet arrondissement. A noter que cette opération d’envergure bute sur d’énormes obstacles. L’arrêté municipal de 1952 qui précise les responsabilités en matière de ravalement et les sanctions en cas de manquement à cette obligation, est devenu caduc. Selon l’article 54 de cet arrêté, l’obligation de ravalement incombe aux propriétaires des immeubles ou à leurs héritiers. Et ces derniers sont tenus d’entretenir les façades périodiquement tous les 6 ans. «C’est là une première lacune de la réglementation. Les habitations se salissent rapidement à causes des échappements des véhicules et de la pression démographique», note un responsable à la commune Sidi Belyout. Cette périodicité n’est plus appropriée. Si le propriétaire n’obtempère pas, la commune pourrait se substituer à lui en puisant dans une rubrique budgétaire destinée à cet effet. La collectivité locale exigera par la suite du propriétaire le remboursement des sommes engagées. Faute de crédits suffisants, la commue s’est désistée de cette tâche. Et pour cause, le ravalement d’un seul immeuble peut coûter jusqu’à 80.000 DH et même plus. Chaque commune comptant des centaines d’immeubles vétustes, le ravalement s’avère très coûteux. L’arrêté municipal n’est donc plus adapté. Le Conseil de la ville de Casablanca se penche actuellement sur sa révision. Les immeubles en copropriété posent encore plus de problèmes. Pas un seul interlocuteur et chacun se dérobe à la responsabilité. Les syndics, censés représenter tous les copropriétaires, manquent dans beaucoup de cas à leurs engagements, faute d’adhérents sérieux…Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc