×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Campagne de privatisation de Renault : L'agence CLM-BBDO remporte le contrat

    Par L'Economiste | Edition N°:147 Le 29/09/1994 | Partager

    C'est l'agence CLM-BBDO, filiale du groupe américain Omnicom, qui a été choisie pour la campagne de privatisation partielle de Renault. Publicis, l'agence habituellement en charge de la communication du constructeur depuis 30 ans, conservera son contrat pour la publicité "hors privatisation". CLM-BBDO est aussi l'agence de Total, du Crédit Lyonnais et de Volvo.

    Comme pour les privatisations de BNP, d'Elf ou de Rhône-Poulenc, la sélection a été effectuée par un jury composé de représentants du Ministère de l'Economie et de l'Entreprise. Six agences étaient en lice : Alice (qui avait remporté la campagne d'Elf), BDDP (BNP), Opéra-RLC (UAP), CLM-BBDO, Publicis et Saatchi. Cette liste avait été rendue publique le 5 août dernier, le même jour où le gouvernement français avait dévoilé le nom des banques-conseils qui seraient retenues pour l'éventuel ouverture du capital du groupe. Il s'agit de la Caisse Nationale du Crédit Agricole
    et de Rothschild et Cie.

    Le budget de la campagne de privatisation n'excédera pas 90 millions de Francs, indiquent les quotidiens français. Il est à rappeler que la date d'ouverture du capital de Renault n'est pas encore fixée. L'offre publique de vente (OPV), qui sera couplée avec une augmentation de capital de 2 milliards de Francs, concernera près de 28% du capital du constructeur.

    Le pourcentage exact dépendra en fait de la dilution consécutive à l'augmentation de capital et donc de la valorisation de Renault. Environ 10% des titres de l'OPV seront réservés aux salariés, ce qui équivaut à près de 3% du capital.

    Des investisseurs financiers et industriels feront également partie du tour de table mais aucune précision n'a été encore apportée sur la part qui leur sera réservée. Le Suédois Volvo, deuxième actionnaire du groupe, s'est engagé à céder, lors de l'ouverture du capital, au moins 8% des 20% qu'il détient dans Renault SA.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc