×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Banque Directe de Paribas crée des remous

    Par L'Economiste | Edition N°:147 Le 29/09/1994 | Partager

    La "Banque Directe"(1) de Paribas, qui a démarré son activité le 12 septembre dernier, a suscité de nombreuses controverses. "Cette banque se lance sur un leurre : on ne se marie pas par téléphone. Et son système commercial s'apparente à de la vente à perte ou au prix d'appel", a déclaré le responsable des réseaux d'une grande banque française, cité par Les Echos.

    Selon les quotidiens français, un tel mécontentement provient en partie du fait que la carte bancaire est délivrée gratuitement aux clients de la Banque Directe. Le principe de cette gratuité est inattaquable. Le Groupement des Cartes Bancaires a précisé qu'il n'était pas contraire à ses règles.

    De l'avis de certains observateurs, rapporte Les Echos, la réaction des concurrents de Paribas s'apparente au dépit, celui d'avoir été devancé. En effet, de nombreuses institutions financières travaillent actuellement sur des projets de banque à distance.

    M. Claude Gasné, directeur général de "Banque Directe", semble ne pas s'inquiéter des critiques formulées à l'encontre de son établissement. Il savoure les premiers succès de la nouvelle formule: "En un peu plus de quatre jours, se félicite-il, nous avons reçu 15.000 appels utiles, autrement dit des appels qui ont donné lieu à l'envoi d'une convention d'ouverture de compte".

    La Banque Directe ne dispose d'aucun guichet mais fonctionne uniquement grâce au téléphone, au Minitel, au fax ou à d'autres courriers. Elle reste ouverte 24 heures sur 24 et six jours sur sept.

    Sa cible est constituée d'une population citadine, plutôt jeune et dont le comportement n'est pas compatible avec les horaires et les contraintes des agences bancaires.

    (1) Cf. L'Economiste du 15 septembre 1994, p. 12.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc