×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Bug 2000: Trois entreprises présentent leurs précautions

    Par L'Economiste | Edition N°:482 Le 09/04/1999 | Partager

    · La continuité de l'alimentation électrique assurée
    · Test "grandeur nature" pendant une semaine à l'ONE
    · Des plans d'urgence dans les activités vitales du pays


    Ce sont les trois entreprises aux activités les plus exposées au fameux bug de l'an 2000 qui sont venues présenter leurs projets "An 2000" lors d'une conférence (très attendue) dans la matinée du samedi, au dernier jour du Sit Expo à Casablanca. L'électricité, les télécommunications et le transport aérien: le moindre dysfonctionnement dans l'une de ces activités risque de bloquer le pays et entraîner de graves conséquences. L'ONE (Office National de l'Electricité), c'est la moitié de la distribution et deux tiers de la production électrique du pays. Son directeur général, M. Driss Benhima, a déjà averti ses cadres de se tenir prêts à passer la nuit du 31 décembre au centre de dispatching, véritable tour de contrôle du système de l'alimentation électrique du pays.
    Les modifications sur le système d'information de l'ONE ont porté sur 4.000 programmes, équivalant à 2 millions de lignes de codes. Le basculement entamé dès novembre 1997 est achevé depuis janvier. Le parc informatique de l'Office est composé de 29 serveurs, 2.000 PC de générations diverses et 1.700 imprimantes. Mais c'est surtout la partie industrielle, avec le parc d'automates programmables, qui est cruciale. C'est de loin, par les conséquences d'une éventuelle perturbation, la plus sensible. Le parc des machines est à 98% converti et ne devrait pas poser la moindre perturbation, rassurent les responsables de l'ONE. L'Office a procédé récemment à un test "on-line" du fonctionnement de son dispositif. Dans la semaine du 18 au 23 mars, les automates de l'Office étaient programmées pour les derniers jours de l'année et les tests ont été concluants. Pour autant, cela ne réduit pas le risque à zéro, reconnaissent les cadres de l'Office. Mais l'ONE a aussi la chance d'utiliser encore une partie des machines fonctionnant avec la technologie analogique et qui ne présentent pas de risques bug.
    Quel que soit le degré d'avancement des projets des uns et des autres, il s'avère que les entreprises devront se préparer à l'éventualité de travailler avec des modes de fonctionnement dégradés. Itissalat Al-Maghrib a par exemple prévu d'observer un répit dans l'émission des factures entre le 24 décembre 1999 et la mi-janvier 2000. De même qu'il va surseoir au lancement de nouveaux produits et services et aux promotions et renforcer ses équipes de permanence pour la période critique allant du 20 décembre 1999 au 10 janvier 2000.


    Peut-on prendre un vol le 31 décembre?


    Dans l'aéronautique, la problématique du bug tient à la sécurité du transport aérien et la continuité du service. Peut-on prendre sans risque un avion dans la nuit du 31 décembre prochain? Même le haut fonctionnaire de l'Administration de l'Aéronautique Civile venu présenter le projet An 2000 du transport aérien n'a pu trancher. En plus du guidage des avions, il faut ajouter la navigabilité de 200 appareils immatriculés dans les registres de l'Administration à Rabat. Celle-ci a d'ores et déjà prévenu que tout opérateur qui n'aura pas mis à niveau ses équipements verra son agrément suspendu. Le plan d'urgence pour la partie contrôle aérien en cours d'élaboration s'appuie sur une coordination régionale regroupant l'Espagne, le Portugal, l'Algérie et la France. Le déploiement des solutions de l'Office des Aéroports (ONDA), régulateur des mouvements des avions, est prévu le 30 septembre. Au pire des cas, le trafic aérien pourrait être arrêté momentanément. Le Maroc, comme tous les autres membres de l'OACI, doit rendre sa copie sur les préparatifs au plus tard le 1er juillet prochain. Pour rassurer sa clientèle, M. Mohamed Hassad, le PDG de Royal Air Maroc, devrait peut-être emboîter le pas à son collègue de British Airways qui a promis à ses clients qu'il prendra un vol dans la nuit du 31 décembre.

    Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc