×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Une entreprise italienne s'internationalise à partir de Settat

    Par L'Economiste | Edition N°:482 Le 09/04/1999 | Partager

    · Pour contrecarrer la contrebande, Cristalstrass a investi dans toute la filière de production
    · L'entreprise dispose de plusieurs show-rooms au Maroc et dans des pays du Golfe
    · Elle compte ouvrir un deuxième atelier d'assemblage à Doubaï


    La ville de Settat peut s'enorgueillir d'abriter une des plus grandes industries de cristal. La famille Voltolina, originaire de Venise, a décidé au début des année 80 d'y installer une petite usine de fabrication d'articles en cristal, employant 150 personnes. Aujourd'hui, la société s'est développée pour devenir l'une des plus grandes industries de cristal dans le monde, affirment ses propriétaires. Elle est dotée d'un capital de 153 millions de DH (50% appartiennent à la famille italienne Vol- tolina et les 50% restants à un groupe luxembourgeois) et emploie plus de 900 personnes à travers le Maroc. A cela s'ajoutent près de 300 personnes qui travaillent en sous-traitance.
    La société dispose d'une dizaine d'agences commerciales et comptoirs d'exposition à travers le pays (Settat, Casablanca, Rabat, Fès, Tanger, Marrakech, Agadir, Laâyoune, Meknès et Khouribga). Elle a aménagé également des show-rooms dans des pays du Golfe (Koweit et Arabie Saoudite). "Notre activité est orientée à 80% à l'exportation", indique M. Roberto Voltolina, administrateur de Cristalstrass. Et d'ajouter que la société veut aussi créer des ateliers d'assemblage à l'étranger. Un atelier existe déjà en Tunisie depuis trois ans. Un autre sera bientôt ouvert à Doubaï. Cristalstrass a investi par ailleurs près de 25 millions de DH dans des fours de fusion (40 tonnes à 1.500 °C) avec une plus forte automatisation des appareils. Cet investissement a permis d'augmenter la capacité de production à 10 tonnes de cristal par jour. "Nous étions contraints d'effectuer cet investissement pour réduire notre coût face à la contrebande", explique M. Voltolina. De même, Cristalstrass a investi dans la fabrication de composants métalliques utilisés dans la lustrerie. "Ces composants étaient importés auparavant et leur coût élevé grevait les prix des lustres", ajoute l'administrateur de Cristalstrass.
    L'entreprise italienne réalise un chiffre d'affaires annuel de l'ordre de 150 millions de DH. Les produits Cristalstrass sont exportés à travers le monde. Même des pays lointains comme le Japon ou la Nouvelle-Zélande en importent.

    Hicham RAÏQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc